Les mystères de la Pythie de Delphes

Par Helène Rompré, accompagnatrice

Peu d’endroits sont aussi entourés de mystères et d’histoire que l’ancienne ville de Delphes. C’est vers ce lieu hors du temps que vous entraîne notre voyage de groupe en Grèce, un autre des circuits culturels exclusifs de l’agence Voyages Lambert.

 

Qu’est-ce que la Pythie de Delphes?

Pour arriver à Delphes, il faut traverser des champs où poussent des oliviers millénaires et sillonner des chemins montagneux jusqu’au pied du Mont Parnasse. Ce site archéologique dédié au dieu du soleil et de l’avenir Apollon est l’un des plus célèbres et les mieux préservés de la Grèce antique. Son origine remonterait au duel qu’Apollon aurait livré en ces lieux au dragon Python. Deux versions s’opposent : soit ce dragon aurait simplement été le gardien d’un sanctuaire de la déesse Thémis et le dieu l’aurait tué pour s’emparer du site; soit Python aurait été envoyé par la déesse Héra, épouse du roi des dieux Zeus, pour assassiner Léto, amante de celui-ci, et le jeune Apollon, résultat de leur amour. Dans tous les cas, le dragon fut terrassé sur les pentes du mont Parnasse et pour célébrer sa victoire, Apollon y installa son propre temple, dans lequel il était possible de communiquer avec lui pour connaître les secrets du monde. Là se réunissaient donc jadis les pèlerins venus de toutes les villes du monde hellénique, afin de consulter la Pythie, prêtresse de l’oracle d’Apollon, qui lançait des prophéties cryptiques sur la guerre, les voyages, l’agriculture et l’avenir des peuples à ceux qui s’étaient déplacés pour l’entendre.

On croit que la Pythie était souvent une femme assez âgée qui ingérait des drogues hallucinatoires pour se placer dans un état de transe capable de lui donner des visions. La prêtresse en résidence occupait le sous-sol, un endroit qu’on nommait l’adyton. C’est là qu’elle faisait des révélations, ou du moins qu’elle lançait une série de mots et de phrases laissant beaucoup de place à l’interprétation des prêtres du sanctuaire. Les textes antiques sont d’ailleurs pleins de ses déclarations, formulées d’une manière « oblique », l’un des surnoms d’Apollon. Ainsi, au roi Crésus demandant ce qu’il se passerait s’il attaquait le royaume des Perses, elle aurait répondu : « un grand royaume sera détruit » (le sien, malheureusement). À un général sicilien s’interrogeant sur l’opportunité de combattre les Romains, elle répondit « qu’il passerait la nuit dans le camp de ses ennemis » (en tant que prisonnier). Quant à Socrate, elle en aurait dit qu’il était « le plus sage des hommes », une pensée qui n’était partagée ni par le principal intéressé ni par ses contemporains.

Le philosophe Plutarque décrit cette Pythie avec éloquence : « Elle a l’habitude du haut verbe ; raison pour laquelle il lui faut avant l’oracle se mettre au-dessus des autres, monter sur quelque trépied – chaire professorale, autorité d’artiste, prestige de l’ancienneté, sublimité du style, ou tout cela ensemble. La Pythie s’exprime : beaucoup nient, d’aucuns l’ignorent, certains déduisent. »

 

Depuis le 19e siècle, des scientifiques cherchent à vérifier si oui ou non une part de la mystique des lieux repose sur la présence d’émanations gazeuses possiblement hallucinogènes, rendant euphoriques ceux qui la respirent. Le site est en terrain montagneux. La présence d’une faille sismique, évoquée par des auteurs antiques tels Pline, Diodore, Platon ou Plutarque, d’où s’échapperait des vapeurs nommées pneumas, est tout à fait possible.  En effet, le bitume et le calcaire rendent le sol plus perméable à l’échappement de gaz à cet endroit. Au début des années 2000, des géologues américains ont trouvé de l’éthane, du méthane et de l’éthylène dans une source d’eau non loin du site. L’éthylène, absorbée en grande quantité, peut avoir des effets euphorisants. Ainsi, la Pythie se droguait peut-être à même les entrailles de la terre. À moins qu’il ne s’agisse, comme l’écrivaient les auteurs antiques, des derniers souffles du terrible dragon Python…

 

Visiter Delphes aujourd’hui

Aujourd’hui il ne reste plus pour nous souvenir de cette époque que les ruines d’un temple de forme sphérique, surmonté de trois colonnes encore intactes. Le site archéologique de Delphes est en pente et il y a plusieurs points d’intérêt tout au long du parcours. Lorsqu’on réussit à détourner nos yeux du sublime paysage rocheux, il est possible d’observer l’édifice qui abritait l’oracle d’Apollon en contrebas. Cette construction circulaire se démarque des autres de forme carrée, ce qui la rend encore plus intrigante. Tout près se dressait l’Omphalos, le « nombril du monde », que les Grecs considéraient comme le centre de la Terre. De quoi ajouter encore un peu plus à l’atmosphère de magie et de mystère de ce lieu à nul autre pareil.

Au-delà de la splendeur des lieux, la Pythie nous rappelle que les Grecs de l’Antiquité, même si on les admire aujourd’hui pour leur rationalité et leur logique, étaient friands de surnaturel. Ils vivaient en se croyant entourés de dieux anthropomorphes, leur transmettant des signes, des prophéties, pour guider leur quotidien. En se promenant à Delphes, on se surprend presque à regretter de vivre à une époque où nos chances de croiser Apollon dans une foule sont bien minces.

En attendant de partir avec l’un de nos circuits en Grèce, vous pourrez continuer à explorer la magnifique site de Delphes avec ce documentaire.

 

#Delphes #Grèce #VoyagesLambert #Émotionculturelle #Mythologie #Agencedevoyages #Voyagesdegroupe #Voyagesculturels

 

Faites d’autres découvertes

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2021 / Site web par Elefen / Mise à jour 2021-09-23