Quelle est l’origine et l’histoire du sel?
7 lieux emblématiques à visiter

Par Joëlle Gauthier, membre de l'équipe

Si aujourd’hui le sel est un incontournable banal, bon marché et partout disponible, il n’en a pas toujours été ainsi. Longtemps synonyme de richesse, il a été l’objet d’un commerce aussi important que celui de la soie, utilisé à des fins de préservation alimentaire d’abord, puis lors de rites religieux et comme monnaie commune à plusieurs pays.

Les experts de Voyages Lambert vous proposent aujourd’hui de partir sur les traces de son histoire, jusque dans les plus importants lieux matérialisant son importance universelle.

 

Sel de mer

Quelle est l’origine du sel?

Présent dans l’eau lorsque les océans recouvraient la Terre, le sel, minéral immémorial, se dépose en couches de sédiment à chaque retrait de la mer. Son importance est tellement lointaine que son étymologie, dans presque toutes les langues indo-européennes, dérive de la même racine : sal (d).

L’origine de l’exploitation du sel est mal connue, car son usage laisse peu de traces tangibles dans l’histoire. On présume qu’elle débute à l’ère néolithique, bien que l’on ne puisse prouver son utilisation de façon certaine qu’au paléolithique. Ainsi, des outils de mineurs ont été retrouvés près des mines de sel de Duzdagi, en Azerbaïdjan, attestant son existence 4500 ans avant notre ère.

La conservation de viande séchée et salée est très ancienne et commune à de nombreuses civilisations; le kaddid populaire au Maghreb en est un exemple. En Chine, l’utilisation de sel pour la cuisine est documentée dès l’époque de l’empereur Huángdì, vers 2650 avant notre ère. En Mésopotamie, on trouve aussi très tôt des références à une saumure similaire appelée shiqqu. Les premières momies égyptiennes, datant d’autour de 3000 ans avant notre ère, étaient déjà traitées avec un mélange à base de sel. Les Égyptiens auraient aussi été parmi les premiers à fabriquer des poteries à glaçure alcaline, c’est-à-dire recouverte d’un émail à base de sel fondu. L’origine du gravlax est aussi très ancienne. On dit que des pêcheurs norvégiens se seraient rendu compte par hasard que du saumon caché dans un sable de plage de mer suffisamment stable pouvait se conserver longtemps ainsi.

Au temps de l’Empire romain, cette denrée relevait de la plus haute importance. Le mot « salaire » provient d’ailleurs de « sel »; les légionnaires romains percevant régulièrement une partie de leur solde sous forme de rations de sel.

 

Mine de sel

Pourquoi le sel était si important au Moyen Âge?

À cette époque, qui possédait le sel était le maître incontesté du commerce; celui que l’on surnomma « l’or blanc » marqua donc l’histoire de façon importante.

Le Danemark, grâce aux salines de la mer du Nord et de la Baltique, fût à cette époque l’un des plus puissants royaumes d’Europe. Il en fut de même pour les villes de la ligue hanséatique, dont Lunebourg, à l’incomparable richesse. Au, XVe siècle, la riche côte atlantique française, de Guérande à Aunis, fournissait à l’Angleterre plus de la moitié de son sel.

La « route du sel » fut l’objet de taxations, de guerres et de traités. La fondation de la ville de Munich, par exemple, est liée à la destruction des ponts sur l’Isar par Henri le Lion, duc de Saxe et de Bavière et beau-frère de Richard Cœur-de-Lion, qui voulut détourner son parcours à son profit. La taxe sur le sel ou gabelle du sel imposée par Philippe VI de Valois lui permit de financer les dépenses de la guerre de Cent Ans. Le privilège d’exemption de cette taxe, accordé aux Bretons lors de leur réunification au territoire français en 1532, explique l’importance de l’emblématique beurre salé si caractéristique de leur gastronomie. En 1648, Alexis Ier tenta d’instaurer en Russie une taxe similaire. Ce projet entraîna une terrible révolte populaire qui fit vaciller l’Empire. Le poisson salé était en effet, l’une des rares sources de protéines animales accessibles aux gens du peuple.

Le traité sur le sel entre la Bavière et l’Autriche de 1829 formalisait des accords vieux de 600 ans permettant l’accès des Autrichiens aux mines de sel bavaroises de Hallein en contrepartie de l’accès des Bavarois aux forêts autrichiennes voisines. Ce serait le plus ancien traité entre États européens encore d’actualité.

En Inde, les Britanniques avaient mis en place un impôt salin similaire à la gabelle française. La marche du sel initiée par Gandhi en 1930, en vue de briser le monopole britannique, fut un des premiers succès des indépendantistes indiens.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’importance du sel dans l’histoire, vous pouvez consulter le dossier de l’Inrap : l’Archéologie du Sel.

 

Quels sont les lieux incontournables liés à l’histoire du sel dans le monde?

 

Marais salants

 

Les marais salins de Guérande, en France

L’histoire de la côte atlantique française a été fortement marquée par la présence des marais salants qui ont fait sa richesse. Les fouilles archéologiques menées autour de Guérande ont relevé des indices de production de sel dès l’époque de La Tène (second âge du fer).

Grâce à une technique et un savoir-faire pointu, le paludier gère, par de judicieux réglages, les niveaux d’eau dans les différents bassins afin de pouvoir récolter le fameux sel de Guérande, que l’on nomme aussi fleur de sel. La technique actuelle d’exploitation est antérieure au IXe siècle. Au moins cinq salines de l’époque carolingienne sont encore aujourd’hui exploitées sur les marais salants de Guérande.

Lors du circuit en France de l’Ouest parcourant le Poitou, la Charente, la Bretagne et la Normandie, Voyages Lambert vous emmène à la découverte de ce site au patrimoine séculaire.

Pour en savoir plus, vous pouvez visionner le documentaire « Le sel, l’or blanc de la Bretagne » d’André Espern, en cliquant ici.

 

Lac Rose, senegal

Le lac rose, au Sénégal

Le lac Retba, de son vrai nom, est l’un des sites les plus visités du pays. Il doit sa renommée et sa teinte singulière à la Dunaliella salina, une algue microscopique développant un pigment rose pour résister à la forte concentration de sel. Effectivement, le site dont la salinité atteint 380 grammes par litre est exploité depuis les années 1970 pour cette denrée. Les hommes, dans l’eau jusqu’à la poitrine, cassent avec des piquets le sel déposé sur le fond avant de le ramasser à la pelle pour remplir des pirogues d’une capacité d’une tonne. Les femmes sont chargées de débarquer les pirogues et d’entasser le sel sur les bords pour le sécher et le blanchir au soleil. Tous s’enduisent le corps de beurre de karité pour se protéger de la salinité corrosive.

Le documentaire de Seneweb, le Lac rose : dans l’univers des forçats du sel, vous en apprendra davantage sur cette exploitation particulière.

 

Uyuni, Bolivie

Le Salar d’Uyuni, en Bolivie

Le mythique et unique Salar d’Uyuni est le plus grand désert de sel au monde. Recouvert par le lac Minchín il y a des dizaines de milliers d’années, il est composé de 10 000 millions de tonnes de sel, dont plus de 25 000 tonnes sont extraites annuellement. Le décor aussi surréaliste qu’immaculé, décoré de tuiles salines hexagonales, forme une immensité miroitante. La traversée de ce plateau salin profond de 120 mètres et composé de 11 couches de sel distinctes constitue une expérience inoubliable. Un spectacle magique où le bleu éternel du ciel se confond avec la blancheur de cette nappe salante. Découvrez ces panoramas extraordinaires en cliquant ici.

Aux abords du célèbre Salar se trouvent quelques hébergements dont la particularité relève de leur construction réalisée à partir de blocs de sel. Murs, plafonds voûtés, meubles sont faits à partir de ce singulier matériau. Pour en savoir davantage sur ces constructions, voici un reportage de National Geographic (en anglais).

Le circuit Terres des Andes, itinéraire exclusif à Voyages Lambert est une invitation à la l’exploration de ce site unique au monde, puisqu’une journée entière y est consacrée. Le séjour est agrémenté de deux nuitées dans un établissement de sel.

 

Cathédrale de sel souterraine, Colombie

Zipaquirá et la fameuse cathédrale de sel, en Colombie

Construite à l’intérieur des mines de sel de Zipaquirá, la fameuse cathédrale de sel est un lieu de culte et un sanctuaire catholique pour le moins insolite. Dans la mine souterraine, magnifique œuvre d’art et de génie, de grandes galeries abritent les quatorze stations du Chemin de Croix, une énorme croix en bas-relief superbement éclairée, et des chapelles encastrées dans un environnement sublime. L’actuelle cathédrale a été aménagée par Roswell Garavito Pearl, architecte originaire de Bogota, sur les bases de la première cathédrale érigée par les mineurs à même les parois de leur mine. Le site, auquel on attribue le titre de joyau architectural de la modernité, fait partie du complexe culturel « Parque de la Sal » (Parc du sel), un espace thématique consacré au domaine minier et à la saline de Zipaquirá.

Voyages Lambert vous propose une visite de cette incontournable cathédrale souterraine lors de son circuit en Colombie, aux sources de l’Eldorado. Vous pouvez aussi en découvrir toutes les splendeurs en visionnant cette visite virtuelle.

 

Mine Wieliczka, Pologne

La Mine de sel de Wieliczka, en Pologne

L’histoire de cette mine remonte à environ 13,6 millions d’années, à l’époque où la mer du Miocène se retira de la région des Carpates en formant un réservoir très fortement salé. Des fouilles archéologiques dans la région ont révélé que les eaux saumâtres étaient probablement déjà récoltées à l’ère néolithique. Au XIIIe siècle, la découverte accidentelle des premières roches de sel de gemme et l’extraction de la mine contribuèrent grandement au développement de Cracovie. Malgré les tumultes politiques et les guerres qui marquèrent l’histoire à sa surface, l’exploitation ne cessa jamais complètement. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1978, le site se voue presque entièrement au tourisme depuis 1996.

De nos jours, il offre une visite exceptionnelle, son parcours labyrinthique descendant jusqu’à une profondeur de 135 mètres, menant dans les dédales d’un univers minéral spectaculaire. On y retrouve maintes formations salines : stalactiques de sel, « choux-fleurs » et légendaires « cheveux argentés de Ste Kinga ». La célèbre chapelle Ste Kinga, située à 101 mètres sous terre et creusée à même le sel, fait 52 mètres de long et 12 mètres de haut. Son « carrelage » est sculpté dans un bloc de sel compact et le plafond est garni de délicats lustres en cristal de sel.

Cette exceptionnelle visite fait partie intégrante du circuit en Pologne de Voyages Lambert. Ce court documentaire et cette visite virtuelle vous permettront d’effectuer une première découverte.

 

Mine sel Cuzco, Pérou

Marais salins de Maras, au Pérou

Au cœur de la Vallée Sacrée des Incas, près de Cuzco, se trouve un lieu défiant quelque peu les lois de la nature : les salines de Maras. Accrochés à flanc de montagne, des milliers de bassins de sel sont étalés côte à côte comme des miroirs scintillants au soleil.

Le site a connu son heure de gloire autour des II et IIIe siècles avant notre ère, puisque les Indiens de la Vallée, ancêtres des Incas, approvisionnaient alors en sel le Pérou entier.

Il existe deux explications géologiques possibles à cette source de sel nichée en plein cœur des Andes. Selon la première, il s’agirait de couches de sel naturellement présentes dans la roche qui sont baignées dans l’eau des nappes souterraines atteignant la surface par des fentes. Il est aussi probable qu’un amas d’eau présent en sous-sol soit entouré de roche ayant connu une brisure et donc ayant laissé passer de l’eau qui, une fois à la surface, constitue une source d’eau salée.

Les familles de paysans locaux, réunis maintenant en coopérative, ont conservé cet héritage de génération en génération. Aujourd’hui, avec l’industrialisation et l’extraction du sel de mer, les salines ne peuvent plus constituer un revenu principal pour ces familles, qui, en général, cultivent des terres en complément dans la Vallée Sacrée.

Voyages Lambert vous emmène visiter ce lieu authentique et insolite lors de son circuit le Pérou, au royaume légendaire des Fils du Soleil. Pour un survol du site, cliquez ici.

 

Cristal de sel, Israël

La grotte de sel de Malham, en Israël

En 2019, des spéléologues israéliens ont annoncé la découverte de la grotte de sel la plus longue au monde, battant ainsi le record détenu par une cavité iranienne. La grotte, nommée Malham, s’étend sur plus de 10 kilomètres et traverse le mont Sedom, la plus large montagne du pays, jusqu’à l’extrémité sud de la mer Morte. Âgée d’environ 7000 ans, la grotte fait partie des plus « jeunes » du monde : le sel se dissout, en effet, beaucoup plus vite que le karst, allongeant la grotte un peu plus à chaque orage.

À l’intérieur, on peut admirer d’impressionnantes stalactites et stalagmites de sel, dont certaines sont de couleur ambrée — leur teinte provenant d’un mélange de sel et poussière du désert —, ainsi deux imposantes plaques jumelles, surnommées par les spéléologues « la Table des dix commandements ». Situé dans la région présumée de la Sodome biblique, le site est actuellement ouvert aux spécialistes uniquement.

Pour en apprendre davantage sur la grotte de sel de Malham, cliquez ici.

Alors, que vous consommiez du simple sel de table, du gros sel ou de la délicate fleur de sel, une fois sensibilisé à son histoire et à son importance dans le monde, vous ne pourrez plus voir votre pincée de sel quotidienne comme un geste banal

 

#MaraisSalants #VoyagesLambert #ÉmotionCulturelle #Uyuni #Wieliczka #Sel #Guerande #Agencedevoyages  #Voyagesdegroupe

Faites d’autres découvertes

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2021 / Site web par Elefen / Mise à jour 2021-10-22