Parcourir le monde avec des récits et films de voyage

Par Joëlle Gauthier, membre de l'équipe

Voyages Lambert vous propose aujourd’hui une évasion littéraire et cinématographique : des suggestions de récits de voyage et de films donnant envie de voyager! Alors, ouvrez grandes vos ailes, asseyez-vous confortablement dans votre canapé et laissez les experts en voyage vous faire rêver.

 

Livre ouvert

Le Prix Nicolas Bouvier

En hommage à cet écrivain incontournable dans l’univers du récit de voyage, son nom a été donné au prix littéraire créé par le festival Étonnants Voyageurs, récompensant l’auteur de récit, de roman ou de nouvelle dont le style est soutenu par les envies de l’ailleurs, de la rencontre du monde.

Issu d’un milieu protestant, rigoriste mais éclairé, Nicolas Bouvier est, dès l’âge de 6 ans, un grand lecteur de Jules Verne, de Stevenson, de Jack London et d’Henry Michaux. Son premier voyage de long cours, qui dura quatre ans, fixa les bases du « travel writing » moderne, avec son ouvrage l’Usage du monde. Cette épopée l’emmena de Genève vers les Balkans, l’Anatolie, jusqu’en Iran, en Afghanistan et la frontière indienne. Il est alors accompagné de son vieil ami Thierry Vernet, qui documentera l’expédition en dessin et en croquis. Cet ouvrage est sans contredit un chef-d’œuvre de la littérature, dans la grande tradition de la découverte et de l’émerveillement, en même temps qu’une réflexion éthique et morale sur une manière d’être au monde parmi ses contemporains, sous toutes les latitudes.

L’Usage du Monde, Le Poisson-scorpion, Chronique japonaise, Le Journal d’Aran et d’autres lieux, Le Dehors et le Dedans : autant de livres de cet écrivain-voyageur — appellation qu’il revendiquait fièrement — et qui auront illuminé et continuent d’illuminer les lecteurs, d’une écriture si fine, si légère, si émerveillée.

Pour en savoir plus sur cet auteur, vous pouvez visionner cet entretien télévisé de 1963, archive de la Radio Télévision Suisse.

En 2019, le Prix Nicolas Bouvier a été décerné à Emmanuel Ruben, pour son récit Sur la route du Danube, paru chez Payot et Rivages.

Ce livre-fleuve est né de cette odyssée à travers les steppes ukrainiennes, les vestiges de la Roumanie de Ceaușescu, les nuits de bivouac sur les rives bulgares, les défilés serbes des Portes de Fer, les frontières hongroises hérissées de barbelés… En choisissant de suivre le fleuve à contre-courant, dans le sens des migrations, c’est l’histoire complexe d’une Europe qui se referme que les deux amis traversent. Mais, dans les entrelacs des civilisations déchues et des peuples des confins, affleurent les portraits poignants des hommes et des femmes croisés en route, le tableau vivant d’une Europe contemporaine.

Si ce récit et ces contrées vous attirent, n’hésitez pas à découvrir les itinéraires exclusifs de Voyages Lambert, dont celui en Roumanie et Bulgarie.

 

Femme assise sur livre

Suggestions de récits de voyage

 Le Devisement du monde, Marco Polo, Klincksieck, 2014 (paru en 1483)

Un récit oral où la parole présente à l’auditeur l’expérience universelle du seul homme « qui ait connu et étudié autant de choses dans les diverses parties du monde… » entre 1270 et 1295. Au voyage d’aller à travers l’Asie centrale, jalonné de cités, de rudes montagnes, de déserts, mais aussi de récits et « d’histoires » — la prise de Bagdad, le miracle de la Montagne, l’histoire du Prêtre Jean, celle des Rois Mages ou du roi d’Or — succède, au cœur du livre, l’éloge pour l’empire du Grand Khan puis le retour par l’océan indien, la côte de l’Inde, avec l’évocation, dans le lointain, des îles, des royaumes d’Aden, de Zanzibar et pays de l’encens.

Cet ouvrage est disponible ici.

Le tour du monde en 80 jours, Jules Verne, Éditions Kimane, 2019 (paru en 1873)

Phileas Fogg, gentleman anglais, parie avec les membres de son club qu’il fera le tour de la terre en 80 jours. Et, aussitôt, le voilà parti, accompagné de son domestique Jean, un Parisien, dit Passepartout. Il devra être revenu à Londres, pour gagner, le samedi 21 décembre 1872 à 20 heures 45 minutes! Soupçonné d’être l’audacieux voleur de la Banque d’Angleterre, Phileas Fogg va être filé tout au long de ses pérégrinations par le détective Fix… Les pays traversés, les multiples aventures, les stratagèmes employés pour contourner les nombreux obstacles, l’activité débordante de Phileas Fogg pour lutter contre le temps en ne se départant jamais de son flegme tout britannique, les personnalités de Passepartout et de l’obstiné Fix, font du Tour du monde en 80 jours un merveilleux roman, l’un des meilleurs de Jules Verne.

Voyage avec un âne dans les Cévennes — Robert Louis Stevenson, Flammarion, 2017 (paru en 1879)

Un récit de voyage de l’écrivain écossais Robert Louis Stevenson, paru en 1879. C’est une peine de cœur qui pousse le jeune écrivain de 28 ans à s’engager dans cette aventure. Dans son livre, il relate sa randonnée entreprise en automne 1878 : la traversée des Cévennes à pied. Parti du Monastier en Haute-Loire et cheminant vers le sud, il traverse toute la Lozère pour atteindre douze jours après Saint-Jean-du-Gard, au terme d’un périple de 195 km. Son unique compagnon est l’ânesse Modestine. Il conte ses rencontres avec les gens du pays, décrit les villages traversés et rappelle l’histoire de la région. Ce livre est sans doute la plus belle « photographie écrite » du Velay, du Gévaudan et des Cévennes au XIXe siècle.

En Patagonie, Bruce Chatwin, Grasset, 2002 (paru en 1977)

À cause d’un fragment de peau de brontosaure exposé dans une vitrine chez sa grand-mère, à cause d’une carte de Patagonie accrochée au mur du salon d’Eileen Gray, le jeune Bruce Chatwin a décidé, un jour, de tout quitter pour explorer ce bout du monde. Et le livre qu’il en a rapporté est, sans doute, l’un des plus curieux et des plus cocasses récits d’écrivain voyageur jamais écrits.

Si cette destination vous fait rêver, n’hésitez pas à consulter l’itinéraire exclusif de Voyages Lambert en Patagonie.

Ébène, aventures africaines, Ryszard Kapuscinski, Pocket, 2002

Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste en 1958 à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d’une passion qui ne le quittera plus jamais. Pendant des années, ce grand reporter doublé d’un écrivain sillonnera le continent noir. Observateur exceptionnel, il croise des potentats comme Nkrumah, Kenyatta ou Idi Amin et témoigne de coups d’État et de guerres civiles. Mais Kapuscinski s’intéresse surtout aux gens et sait gagner leur confiance. Le tumulte de la vie quotidienne africaine le passionne davantage que les corruptions, les épidémies et les guerres meurtrières. Ce livre majeur, attendu depuis longtemps, a reçu en 2000 le prestigieux prix littéraire italien Viareggio.

Au pays des sables, Isabelle Eberhardt, Éditions Joëlle Losfeld, 2002

Il y a cent ans, vêtue en cavalier arabe, Isabelle Eberhardt (Genève, 1877 — Aïn Sefra, 1904) parcourait les pistes sahariennes. Elle y partageait le quotidien des Bédouins et des marabouts. Dans le grand voyage dont elle a fait sa vie, guidée par son désir d’écrire, elle a abordé et franchi les étapes qui font d’elle bien plus qu’un écrivain voyageur : l’un de ces rares auteurs capables de s’exprimer au cœur de la culture de l’autre. Les éditions du Centenaire commémorent sa disparition, à vingt-sept ans, noyée en plein désert dans la crue d’un oued… Au pays des sables rassemble les nouvelles inspirées de son premier long séjour au Sahara, en 1902, et dans le Souf, l’une des régions les plus secrètes du Sud algérien.

Vous pouvez vous procurer ce récit ici.

Latitude zéro : 40 000 km pour partir à la rencontre du monde, Mike Horn, Pocket, 2004

Lorsqu’il décide de parcourir en solitaire les 40 000 kilomètres de l’équateur, Mike Horn se lance un défi inouï. Des côtes d’Afrique aux portes de l’Asie en passant par l’immensité du continent américain, il devra traverser trois océans, autant de jungles impénétrables, deux sommets de 6 000 mètres, des pays en guerre, rongés par la maladie, envahis de faune hostile et de flore vénéneuse. Son exigence est stricte : jamais il ne quittera la « latitude zéro »…

Petit traité sur l’immensité du monde, Sylvain Tesson, pocket, 2008

Sylvain Tesson parcourt le monde. Dans les steppes d’Asie centrale, au Tibet, dans les forêts françaises ou à Paris, il marche, chevauche, escalade, bivouaque dans un arbre, construit des cabanes. Cet amoureux des reliefs poursuit le merveilleux et l’enchantement. Dans nos sociétés de communication, il en appelle à un nouveau nomadisme, à un vagabondage joyeux.
Ce Petit traité sur l’immensité du monde est un précis de désobéissance naturaliste, une philosophie de poche buissonnière, un récit romantique contre l’ordre établi.

Du même auteur : Dans les forêts de Sibérie, L’axe du loup et Sur les chemins noirs

 Sommet de montagne

Suggestions cinématographiques

Souvenirs d’Afrique (Out of Africa) Sydney Pollack, avec Meryl Streep et Robert Redford, 1986

Adaptation du roman autobiographique La Ferme africaine de Karen Blixen, publié en 1937 sous le nom de plume d’Isak Dinesen. Après une déception amoureuse, la jeune Danoise Karen décide de se marier et de s’embarquer pour l’Afrique. Vite délaissée par un mari volage, elle se consacre à la culture des caféiers et fait figure de pionnière. Son amitié pour l’aventurier Denys se transformera en amour mais elle ne saurait retenir cet homme épris de liberté.

Carnets de voyage — Walter Salles, avec Gael Garcia Bernal et Rodrigo de la Serna, 2004

Adaptation des livres Voyage à motocyclette de Che Guevara et de Sur la route avec Che Guevara d’Alberto Granado. En 1952, deux jeunes Argentins, Alberto Granado et Ernesto Guevara, partent à la découverte de l’Amérique latine sur une vieille moto baptisée « La Vigoureuse ». La confrontation avec la réalité sociale et politique des différents pays visités altère leur perception du continent. Ce voyage initiatique éveillera de nouvelles vocations associées à un désir de justice sociale.

Pour partir à la découverte de l’Amérique du Sud, comme les héros de cette œuvre cinématographique, consulter l’itinéraire unique de Voyages Lambert au Pérou.

À bord du Darjeeling LimitedWes Anderson, 2008

Trois frères qui ne se sont pas parlé depuis la mort de leur père décident de faire un grand voyage en train à travers l’Inde afin de renouer les liens d’autrefois. Très vite, leur « quête spirituelle » dérape et les imprévus s’enchaînent…

Suite au visionnement de cet excellent film, si vous souhaitez découvrir le « continent » indien, vous pouvez consulter les divers itinéraires de Voyages Lambert.

Hector et la recherche du bonheur Peter Chelsom, 2015

Hector, psychanalyste londonien à la vie routinière réalise que tous ses patients sont à la recherche du bonheur. Il commence à se questionner sur son propre besoin d’être heureux et décide de partir à la recherche du bonheur fondamental à travers le monde et les différentes cultures.

Le Sel de la terre Wim Wenders, 2014

Documentaire en sélection officielle du Festival de Cannes, Un certain regard. Depuis quarante ans, le photographe Sebastião Salgado parcourt les continents sur les traces d’une humanité en pleine mutation. Alors qu’il a témoigné des événements majeurs qui ont marqué notre histoire récente : conflits internationaux, famine, exode… Il se lance à présent à la découverte de territoires vierges aux paysages grandioses, à la rencontre d’une faune et d’une flore sauvages dans un gigantesque projet photographique, hommage à la beauté de la planète. Sa vie et son travail nous sont révélés par les regards croisés de son fils, Juliano, qui l’a accompagné dans ses derniers périples et de Wim Wenders, lui-même photographe.

Bon voyage !

 

#RécitDeVoyage #ÉmotionCulturelle #VoyagesLambert #VagabondageCulturel #Livres #Films

Faites d’autres découvertes

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2021 / Site web par Elefen / Mise à jour 2021-08-02