Les volcans de la Méditerranée

par Jean Louis Fabaron, accompagnateur

La mer Méditerranée est l’un des berceaux de notre société, un creuset qui a vu sur son pourtour la naissance de nombreuses religions et de la plupart des grandes civilisations. Pas surprenant que cette région du monde exerce un si grand pouvoir d’attraction sur les voyageurs, et que Voyages Lambert y consacre plusieurs circuits. C’est aujourd’hui l’une des plus hautes concentrations au monde de sites touristiques, naturels et culturels. Les paysages y sont enchanteurs, le climat est d’une douceur légendaire, la mer a une couleur bleu indigo unique qui a été souvent chantée par les poètes et les différents peuples qui habitent tout au long de ses côtes ont développé une qualité d’accueil à nulle autre pareille; peut-être parce que cette mer est tellement bien placée d’un point de vue géopolitique que les autochtones ont été habitués (ou forcés) depuis toujours à voir passer et s’installer tant de cultures en soif de conquêtes et d’hégémonie. Aujourd’hui ce sont des multitudes de voyageurs du monde entier qui viennent fréquenter ces rivages et heureusement les relations avec autrui sont désormais sous le signe de l’amitié, de la curiosité et du partage.

Les humains ne sont pas les seuls à générer de l’agitation en cet endroit car la Méditerranée a de tout temps été le théâtre de catastrophes naturelles causées par une intense activité géologique. Éruptions volcaniques, séismes et même tsunamis ont émaillé l’histoire depuis l’Antiquité avec, par exemple, l’éradication de la civilisation minoenne suite à l’une des plus violentes explosions volcaniques jamais enregistrées au cours des dix derniers milliers d’années, celle de Santorin; la destruction des localités de la baie de Naples comme Pompéi et Herculanum à la suite d’une des nombreuses éruptions du Vésuve; sans oublier les innombrables tremblements de terre qu’ont connu ou que peuvent encore connaître l’Italie, la Grèce ou la Turquie.

Le danger est là, bien réel, et c’est en quelque sorte le prix à payer pour pouvoir disposer de toutes ces richesses et ces beautés, car comme le dit si bien la célèbre loi orientale du Yin et du Yang toutes choses ont deux aspects. Ainsi haut/bas, gauche/droite, chaud/froid, ombre/obscurité, construction/destruction s’opposent point par point et pourtant n’existent pas l’un sans l’autre. C’est dans cet affrontement que la vie, et pour nous les civilisations, peut prendre forme et atteindre un certain équilibre qui lui-même n’est pas statique. Aucun phénomène ne perdure éternellement, tout est dans un constant changement et c’est la fondation même de notre univers.

La subduction des plaques d’Eurasie et d’Afrique

 Le bassin méditerranéen, dont nous apprécions tous les côtes, n’échappe bien sûr pas à cette règle car il se trouve au-dessus de la zone de subduction qui entraîne l’Afrique et la Méditerranée sous l’Europe. Dans un lointain avenir, pour nous être humain, mais proche d’un point de vue géologique, ce petit espace marin est inexorablement condamné à disparaître. Depuis plus de 80 millions d’années deux grandes plaques – Eurasie et Afrique – sont en train de converger, la plaque Africaine s’enfonçant sous la plaque Eurasienne tout comme le sous-continent indien est en train de faire avec la plaque Asiatique. Toutes les montagnes du Sud de l’Europe, les Alpes, les Carpates, les Apennins, les sierras espagnoles, toujours en train de s’élever, sont la preuve directe des déformations entraînées par cette subduction qui donc à long terme entraînera la disparition de la Grande Bleue laissant à sa place un système montagneux qui pourrait devenir bien plus haut et bien plus vaste que l’Himalaya. Nous ne verrons certes pas ce moment-là mais ce phénomène est déjà bien visible et sensible car ce sont les frictions nées du plongement de l’Afrique sous l’Europe qui sont à la base des séismes qui secouent avec plus ou moins d’intensité presque quotidiennement le domaine méditerranéen. Cette même subduction est à l’origine de l’activité volcanique que l’on trouve en Méditerranée et ces volcans sont en fait de vraies soupapes de sécurité par rapport à ces gigantesques pressions auxquelles est soumise l’écorce terrestre. Ils font partie du patrimoine visuel et culturel européen car on parle bien de montagnes de feu qui sont parmi les plus célèbres au monde : l’Etna, le Vésuve, Le Stromboli,  Vulcano et Santorin, donc de vrais grands classiques de destination de voyages.

Voici, pour le plaisir ou pour vous convier à l’un de nos circuits Voyages Lambert, un petit tour d’horizon de ces fameux volcans méditerranéens, ceux que l’on connaît bien mais aussi deux d’entre eux que l’on aurait tendance à oublier car trop discrets… pour l’instant!

Fira town, with view of caldera, volcano and cruise ships, Santorini, Greece.

Le volcan de Santorin

Les Grecs l’appellent Thèra (d’après le nom du héros thébain Théran), les croisés l’appelèrent Santorin, un diminutif de sainte Irène, car il s’y trouvait une église qui lui était dédiée. Avec sa forme de croissant elle est la plus grande d’un petit archipel comprenant quatre autres îles et l’ensemble est tout ce qui reste de l’effondrement de la partie centrale du cône volcanique Strongylé au cours d’une éruption cataclysmique qui a eu lieu aux alentours de 1600 avant J.-C. La catastrophe provoqua un gigantesque tsunami et l’on sait que plusieurs vagues successives entrèrent sur des centaines de mètres à l’intérieur de la Crète, sonnant ainsi le glas de la civilisation minoenne. Certains disent même que cette explosion serait l’une des origines possibles du mythe de l’Atlantide. L’éruption la plus récente a eu lieu en 1950 et d’autres éruptions sont prévues. Malgré ce dangereux emplacement Santorin est une île à voir au moins une fois dans sa vie car les panoramas y sont saisissants et les maisons peintes à la chaux au sommet des falaises ainsi que les églises au dôme bleu forment un ensemble des plus extraordinaires. Découvrez Santorin et la Crète lors de notre circuit en Grèce!

Scenic picture-postcard view of the city of Napoli (Naples) with famous Mount Vesuvius in the background in golden evening light at sunset, Campania, Italy. Naples Vesuve Italie

Le Vésuve

Situé à peine à quelques encablures de Naples, c’est certainement le volcan méditerranéen le plus célèbre au monde. Avant son éruption de l’an 79 on croyait que c’était une simple montagne. Strabon disait par exemple que c’était un relief entièrement recouvert de champs cultivés et de forêts, sauf au sommet qui était recouvert de cendres noires. Le géographe latin affirmait que la forêt sommitale avait pris feu et que l’incendie ne s’était pas étendu. Aussi rien d’étonnant que la fameuse éruption, dite plinienne, ait pris tout le monde de court. C’est certainement l’une des catastrophes parmi les plus documentées qui soient, et les sites archéologiques aux pieds du volcan forment encore aujourd’hui l’une des meilleures sources pour la compréhension de la vie quotidienne des romains pour le plus grand bonheur des nombreux visiteurs qui s’y rendent. Mais attention il s’agit toujours d’un volcan actif, sa dernière grande éruption remontant à 1944, et lorsqu’on se balade autour de son sommet on peut apercevoir quelques fumerolles à l’intérieur du cratère. Vous pourrez admirer le Vésuve et découvrir les secrets des anciennes civilisations avec la visite des sites de Pompéi et Herculaneum durant notre circuit Mezzogiorno italien, qui explore le Sud de l’Italie.

Volcan Etna Taormina Sicile

L’Etna

Le géant des côtes orientales de la Sicile, qui fait régulièrement la une des journaux, est le plus grand volcan d’Europe avec une vénérable altitude de 3350 m. Son activité débuta avec des éruptions sous-marines il y a environ 500 000 ans, au temps où les « homos erectus » commençaient à peupler ce que l’on appellera plus tard l’Ancien Monde. La période éruptive la plus intense, celle qui a petit à petit constitué la montagne que l’on connaît à l’heure actuelle, a eu lieu au temps où les êtres humains réalisaient des rituels et des peintures dans des grottes comme, Lascaux, Chauvet, Pech-Merle et Altamira, entre autres. Tout au long de sa longue histoire, la prison du géant Encelade (selon les récits de la Gigantomachie dans la mythologie grecque) a eu des éruptions plus puissantes que d’habitude lesquelles ont généré de gigantesques glissements de terrain qui eux-mêmes ont provoqué des tsunamis dévastateurs. Son activité intense est observée et racontée depuis l’Antiquité. Il existe des témoignages écrits qui remontent à 2700 ans et en cela il s’agit d’un record mondial en termes de documentation sur un volcan. Les cratères, les cendres, les coulées de lave font de l’Etna et de Catane à ses pieds une destination privilégiée ainsi qu’un important centre international de recherche pour les disciplines ayant pour objet les sciences de la Terre. L’UNESCO, pour toutes ces raisons, l’a inscrit sur sa liste du patrimoine mondial en juin 2013. Symbole de la Sicile, l’Etna est une étape fondamentale pour ceux qui visitent, comme avec nos circuits Grand tour de la Sicile ou Italie du Sud et Sicile, cette terre magnifique et, en hiver, quand la neige revêt le paysage, le volcan devient une station de ski  très bien équipée et il n’est pas rare de pratiquer les sports de glisse juste à côté d’une coulée de lave incandescente.

Vulcano, Aeolian Islands, Sicily, Italy: Beautiful crater of Vulcano seen at dawn from Lipari

Le Vulcano

C’est la première des îles éoliennes que l’on rencontre lorsqu’on arrive en bateau depuis la ville de Milazzo sur les terres siciliennes. D’après les géologues cet archipel d’îles n’est rien d’autre que le sommet de l’arc volcanique de la région qui commence à Naples et se finit à l’Etna. Dès que l’on s’approche de Vulcano tout rappelle le volcanisme actif et en particulier l’odeur d’œufs pourris dus au soufre. D’ailleurs son nom nous indique que les anciens grecs et romains effrayés par la puissance du monstre en avaient fait le lieu de résidence du dieu de la forge, Vulcain. Le terme même de volcan provient de cet endroit. La dernière éruption remonte aux années 1886/1890 et provoqua un exil de la population des îles qui, pour grand nombre d’entre eux, partirent s’installer en Australie et dans le Nouveau Monde. Bien que le volcan soit assoupi depuis, quelques fumées continuent de s’échapper du cratère et elles sont la preuve que Vulcano est loin d’être éteint. En fait la lave y est très visqueuse et riche en silice, de sorte que les gaz restent prisonniers très longtemps; les pressions et l’énergie s’y accumulent jusqu’à ce que le tout soit libéré violemment. La visite de Vulcano, avec son cône, ses fumerolles et la lave pétrifiée est en fait une introduction magistrale à la vulcanologie dans un cadre on ne peut plus enchanteur, et reste un point fort de nos deux circuits qui visitent les îles éoliennes soit le Grand tour de la Sicile et Italie du Sud et Sicile.

Stromboli Sicile volcan

Le Stromboli

Selon les Grecs anciens c’était le lieu de résidence du dieu Éole, le maître des vents que visita Ulysse au cours de son Odyssée. Ils appelaient cette île « Strongyle », littéralement « la ronde » en raison de son pourtour circulaire. Ses habitants aujourd’hui surnomment Stromboli, Iddu, « lui » en sicilien, ils le personnifient car ils vivent avec Lui et ses humeurs qui heureusement sont pour la plupart du temps débonnaires. C’est le plus actif des volcans européens et ses éruptions sont tellement régulières qu’il pourrait faire office de phare naturel. Son activité délivre à intervalles réguliers des gerbes de projectiles incandescents qui sont l’un des plus beaux spectacles naturels à observer. Il arrive néanmoins que le Stromboli entre parfois dans des phases de paroxysme qui forment une colonne sombre de vapeurs et de cendres d’où pleuvent des projectiles sur l’île tout entière. Les 926 m que l’on en voit ne sont bien sûr que la partie émergée et sa base se trouve à plus de 2000 m sous la mer. Son flanc Nord-Ouest est occupé par une structure géologique particulière, la Sciara del Fuoco (le chemin du feu), une sorte de canal par lequel la lave s’écoule jusqu’à la mer. Toutes les nuits des bateaux amènent des voyageurs au large de cette formation et les fumées noires qui émanent du sommet se transforment en superbes gerbes de feu, un spectacle de grande émotion.

The Solfatara is a shallow volcanic crater with steam with sulfurous fumes ( at Pozzuoli, near Naples).

Les champs Phlégréens

Il est un volcan, ou plutôt un super volcan, qui se trouve sous la ville de Naples et son agglomération et qui représente certainement la plus grande menace sur la région. Pour tout dire l’éruption historique du Vésuve ne serait qu’un pétard mouillé en comparaison des dégâts que pourraient produire le réveil de celui que l’on nomme les champs Phlégréens car ce sont plus de 3 millions de personnes qui seraient concernées directement. Les champs Phlégréens font partie des volcans les plus dangereux, ceux que l’on nomme « volcans gris » qui accumulent du gaz dans leur chambre magmatique avant d’exploser, comme le Yellowstone aux États-Unis. Ce volcan a la particularité d’être plat et cela explique pourquoi cette zone a été envahie par les constructions humaines. Inutile de dire que le réveil de ce monstre que les Grecs anciens considéraient comme l’une des portes de l’enfer serait plus que catastrophique. Les savants considèrent qu’un cercle de 2000 km autour de Naples pourrait être concerné par des retombées de matériel volcanique, cela veut dire que des pierres en fusion pourraient retomber jusqu’à Paris ou Barcelone! Malgré toutes les vaines tentatives de surveillance existantes il n’y aurait rien que l’on puisse faire pour se prévenir d’un tel cauchemar.

Le Marsili

Peu de personnes connaissent son nom et pourtant il s’agit bel et bien d’un géant immergé dans la mer Méditerranée, c’est même le plus grand édifice volcanique sous-marin du vieux continent. Il est situé à peu près à mi-chemin entre les côtes Nord de la Sicile et la baie de Naples et sa base se situe à plus de 3000 m dans les profondeurs de la mer Tyrrhénienne, tandis que son sommet se trouve à moins de 450 m au-dessous de la surface. Cela fait plus de 2 millions d’années qu’il est actif et il est toujours en pleine expansion. Le long de ses flancs abrupts montent des cratères secondaires inquiétants car ils forment d’énormes quantités de matériel en saillie et parfois cette accumulation peut provoquer des glissements de terrain gigantesques qui peuvent générer des tsunamis massifs. Certains d’entre eux ont frappé, tout au long de l’histoire, la côte tyrrhénienne, la côte sicilienne et les îles éoliennes. On sait par exemple que le séisme et le tsunami qui ont été enregistrés le 25 novembre 1343 dans la baie de Naples et la côte Amalfitaine avaient pour origine l’un de ces glissements sous-marins de terrain.

Le Marsili n’est pas le seul volcan sous-marin de la région et l’un d’entre eux avait donné naissance à une île éphémère en 1831 que l’on avait nommée Fernandina et qui aujourd’hui se trouve immergée à 40 km du littoral.

Voici quelques-uns de ces volcans que l’on peut trouver en Méditerranée. Il est juste bon de rappeler que les éruptions sont des phénomènes courants à l’échelle géologique, mais somme toute rares à l’échelon d’une vie humaine. Pour les passionnés de voyages et de grands spectacles naturels les volcans sont des destinations privilégiées partout dans le monde car la splendeur des paysages qu’ils proposent n’a d’égale que la sensation d’humilité qu’ils peuvent provoquer en nous. Nombreux sont les circuits Voyages Lambert, en Méditerranée ou ailleurs, qui vous permettront de vous approcher de l’un de ces formidables géants cracheurs de feu dont les abords fertiles ont toujours attiré la civilisation malgré le danger qu’ils peuvent représenter. Alors en attendant de pouvoir concrétiser l’un de ces voyages, rien ne nous interdit d’apprendre toujours un peu plus et de rêver!

#Volcan #Méditerranée #Etna #Vesuve #IlesÉoliennes #VoyageEnGroupe #VoyagesLambert #Italie #Sicile #Grèce #Santorin #CircuitCulturel

Faites d’autres découvertes

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2024 / Site web par Elefen / Mise à jour 2024-07-23