Les secrets de Florence, ville-musée à ciel ouvert

par Jean Louis Fabaron, accompagnateur

Florence, surnommée à juste titre « le Berceau de l’Art », est l’une des villes les plus visitées au monde, et c’est vrai qu’elle le mérite, sans aucun doute. C’est pourquoi elle figure au cœur d’un grand classique des circuits de Voyages Lambert, Italie du Nord, art, paysages et dolce vita. Le visiteur n’a pas assez d’yeux pour capter toute la splendeur des palais ornés de marbre coloré et des musées où murs et passages débordent de chefs d’œuvre des maîtres de la Renaissance. Florence, c’est une surdose de beautés. Pourtant, même dans ses lieux les plus fréquentés, Florence dévoile une foule de détails qui souvent passent totalement inaperçus aux yeux de la plupart des visiteurs qui se comptent par millions. La prochaine fois que votre vagabondage culturel vous mènera dans cette fascinante cité, ouvrez bien les yeux car de nombreux secrets viendront vous surprendre! En voici quelques-uns.

Florence, Italy, Mar 05 - A close view of the bronze statue of Perseus with the head of Medusa, by Benvenuto Cellini, placed in the Loggia dei Lanzi, in Piazza della Signoria in Florence. The statue represents the myth of Perseus who, with a sharp stroke of a sword, cuts through the head of Medusa and raises his head like a trophy. Commissioned by Cosimo I Medici, the statue has a hidden political meaning and represents the victory of the Duke of Florence over every possible Republican ambition.

La Piazza della Signoria

Le premier de ces détails se trouve dans la Loggia dei Lanzi, cette élégante galerie ornée de statues remarquables qui se trouve sur la Piazza della Signoria, on parle donc vraiment d’un des endroits les plus fréquentés de la ville. S’y trouve entre autres chefs d’œuvre la statue de Persée de Benvenuto Cellini, le bras tendu montrant la tête sanglante de Méduse. Impossible de manquer cette statue imposante de bronze qui fut coulée d’un seul bloc. Après avoir étudié les fins détails du corps de Méduse au pied de Persée, donnez-vous la peine d’aller contourner ce bronze, non pas pour aller admirer une des parties avantageuses de son anatomie (ce n’est pas pour autant interdit !) mais pour en observer la partie supérieure où vous verrez apparaître, à la jointure de la nuque deux yeux qui vous observent ainsi que le visage d’un homme. C’est l’autoportrait de Benvenuto Cellini.

Florence, Persée et Méduse, Benvenuto Cellini

 

Sur la même place, à droite de l’entrée du Palazzo Vecchio, derrière la statue d’Hercule et Cacus, juste au-dessus du banc on peut deviner, en observant de près le bâtiment, un contour de visage ciselé dans la pierre. On a donné le nom de « l’importun » à cette gravure. La légende raconte que Michelangelo, lorsqu’il traversait la Piazza della Signoria, était souvent arrêté par un homme qui l’ennuyait avec son bavardage inutile, interminable et ennuyeux. Un jour, alors qu’il passait près du Palazzo Vecchio, il rencontra de nouveau cet homme qui l’agaçait par son babillage incessant. Alors que l’homme lui parlait, Michelangelo ayant avec lui un ciseau et un maillet, aurait gravé son profil sur l’une des pierres, les mains dans le dos!

Florence Palais Vecchio Importuno

 

À l’intérieur du même Palazzo Vecchio, dans l’une des salles de l’étage supérieur se trouve un ravissant portrait de la Madone avec l’enfant Jésus et saint Jean-Baptiste, attribué à un élève de Lippi. En regardant plus attentivement ce tondo vous remarquerez que le ciel montre non pas une, mais deux grosses étoiles. À gauche, on distingue l’étoile de l’Annonciation. Puis à droite, on voit un berger et son chien qui, au lieu de surveiller leur troupeau, scrutent le ciel. L’objet de leur observation n’est pas une étoile à proprement parler, mais une curieuse forme ovale, hérissée de tiges saillantes, s’apparentant plus à un OVNI qu’à une étoile. Beaucoup se sont demandé pourquoi l’artiste avait choisi de mettre un objet volant dans un tableau traitant de sujets sacrés et y ont vu la représentation d’un OVNI du XVe siècle. Selon les historiens de l’art, la « soucoupe volante » est en fait un ange qui a l’apparence d’un nuage lumineux. En effet, si la représentation d’un ange de manière non anthropomorphique est rare, les Écritures, notamment les évangiles apocryphes, contiennent des descriptions proches de l’iconographie de ce tondo. Un autre indice qu’il s’agit d’un ange est le fait que dans de nombreuses peintures de la Renaissance florentine, le sujet de la Nativité était accompagné de celui de l’Annonciation.  Cette scène est représentée de manière très similaire dans de nombreuses autres peintures florentines des années 400 et 500 qui ont pour sujet la Nativité ou l’Adoration de l’Enfant Christ.

Lippi Madone Florence Italie

 

On pourrait allonger cette liste de beaucoup d’autres détails insolites car ils sont fort nombreux et omniprésents à Florence, comme ce curieux vortex (surnommé le Rifrullo del diavolo) qu’on traverse près de la Piazza del Duomo. Mais ça, on vous en parlera durant notre circuit en Italie du Nord!

Il y a toutefois deux petites curiosités gastronomiques dont j’aimerais vous parler. La première est une spécialité purement florentine, mais attention estomacs ou âmes sensibles s’abstenir! Quelques restaurants la proposent, mais il faut néanmoins chercher un petit peu. Vous la retrouverez assurément dans les kiosques de rue! Cette spécialité s’appelle le « lampredotto ». Il s’agit en fait d’un plat de caillette, un délicieux produit qui est tout simplement le dernier estomac de la vache. La viande est mijotée avec de la tomate, oignon et des épices. La caillette est taillée en petits morceaux et mise dans un petit pain toscan salé, dont la partie supérieure est généralement trempée dans le bouillon de cuisson du lampredotto. Nulle part ailleurs en Italie vous ne pourrez consommer cette curiosité! Cette spécialité a été classée parmi les produits agroalimentaires traditionnels, qui est une appellation propre à l’Italie.

Lampredotto is the typical street food of the city of Florence in Tuscany and is a sandwich with a cow's stomach in a tomato sauce and put to stew

 

Finalement, histoire de rallier tous les suffrages, Florence est l’authentique ville de naissance de la crème glacée. C’est un artiste savant, Bernardo Buontalenti (1531-1608), ingénieur, architecte, décorateur et inventeur qui mit au point la recette du « gelato » pour le grand-duc Ferdinand Ier de Médicis.  À l’occasion d’une visite officielle espagnole à Florence le grand-duc ordonna à Buontalenti d’imaginer un dessert qui « laisserait bouche bée ces étrangers, de surcroît espagnols ». Il fit un mélange à base de lait, de jaune d’œuf amalgamé à du miel, une goutte de vin et une pincée de sel… et sans le savoir, il venait de créer le dessert ultime, qui fait l’unanimité chez les petits comme les grands : la crème glacée était née. Que ce soit avec vos yeux écarquillés à la recherche des détails insolites qui se cachent dans les palais et les rues florentines, ou avec vos papilles à déguster les innombrables spécialités italiennes, Florence, la capitale de la Renaissance italienne mettra tous vos sens en éveil en vous invitant à vivre l’émotion culturelle, sans modération!

Women's hands with ice cream Gelato on the background of the city sight Cathedral of Santa Maria del Fiore in the historical center of Florence, Italy, Europe, a famous tourist place

 

#Florence #Firenze #Italie #VoyageCulturel #VoyageEnGroupe #VoyagesLambert #ÉmotionCulturelle #Lampredotto #Gelato

Faites d’autres découvertes

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2023 / Site web par Elefen / Mise à jour 2023-01-27