Les momies chinchorros du Chili, les plus vieilles momies du monde !

Par Nathalie Bastien, accompagnatrice

 

Les momies vous fascinent? Eh bien cet article saura vous surprendre, vous transportant au Chili où sont exposées les plus anciennes momies découvertes à ce jour, soient celles de la civilisation des Chinchorro que vous aurez l’occasion d’admirer dans le cadre de notre voyage de groupe qui sillonne les légendaires terres des Andes.

 

Les momies des Chinchorros,  un joyau primé par l’UNESCO

Le 27 juillet 2021, l’UNESCO inscrivait sur sa liste du patrimoine culturel mondial un trésor bien gardé qui fait la fierté de la région d’Arica et de Parinacota au Chili, soit les plus anciennes momies du monde découvertes à ce jour : les momies de la culture chinchorro. C’est lors de la visite du Musée archéologique San Miguel de Azapa de l’Université de Tarapaca que vous découvrirez une panoplie d’artefacts significatifs du mode de vie de ce peuple. Mais le summum est sans contredit la visite des salles exposant les énigmatiques momies repérées au début du XXe siècle dans le désert côtier de l’extrême nord chilien, aujourd’hui décoré de sculptures géantes visant à promouvoir le legs des Chinchorros ayant vécu en symbiose avec les coteaux et la mer. Ce cadre aride dépourvu d’humidité explique l’état de conservation stupéfiant de ces momies. Oubliées depuis des temps immémoriaux, elles sont revenues sous les feux de la rampe en 2016 quand une équipe de chercheurs ont procédé à des examens radiographiques de certaines d’entre elles afin de reconstituer leur physionomie, avant de procéder à la dissection de leurs corps de manière virtuelle, mettant ainsi à contribution la technologie du 21ème siècle pour parvenir à reconstruire en images l’aspect des Chinchorros d’il y a 9 millénaires! À partir de leur ADN, les archéologues et d’autres scientifiques sont parvenus à mettre un visage sur les membres de cette culture, en identifiant tant leurs traits génétiques que leur système de taxidermie des corps. Cette opération délicate révéla que les momies dataient d’au moins 7400 ans avant J.C., donnant ainsi un coup de jeunesse de 2000 printemps à celles de l’Égypte!

Les Chinchorros, précurseurs de la momification

Peuplade semi-nomade de pêcheurs-chasseurs-cueilleurs ayant vécu dans le nord du Chili entre 7000 et 1500 avant notre ère, les Chinchorros étaient passés maîtres dans le procédé de momification artificielle des corps, technique d’embaumement au cœur de leurs us et coutumes mortuaires. Leur processus, complètement différent de celui des Égyptiens, consistait à reconstituer les défunts avec des végétaux et des atours corporels animaliers (fourrure, plume, peau). Ainsi modelées, les momies possédaient l’ensemble des qualités matérielles, sculpturales et esthétiques d’un corps en entier. Parées d’une perruque de cheveux naturels et d’un masque sur le visage, elles étaient d’abord peintes avec une pâte noire à base de manganèse, pour ensuite être recouvertes d’une patine d’argile rouge qui empêchait une plus grande décomposition du corps. Figées ainsi pour l’éternité, elles ont traversé les âges pour parvenir jusqu’à nous. On estime que les deux tiers des quelque 700 momies retrouvées dans les cimetières sont artificielles, c’est-à-dire fabriquées de la main de l’homme, alors qu’un tiers semble plutôt avoir été protégé naturellement grâce aux conditions climatiques exceptionnels de la région, qui inspira peut-être les Chinchorros. Ces témoignages archéologiques millénaires révèlent que les Chinchorros ont perfectionné leurs pratiques funéraires et poli leurs talents artistiques, ces momies précolombiennes permettant aujourd’hui de mieux comprendre leurs savoir-faire et leurs rituels sépulcraux. Contrairement à la situation en Égypte, où seule l’élite, rois et nobles, bénéficiait d’une momification complète, les Chinchorros appliquaient cette méthode à différents profils indépendamment du statut et de l’âge. On retrouve ainsi des momies d’enfants, la famille du disparu étant mandatée pour créer elle-même la momie. Une autre dissemblance entre ces deux cultures réside dans le fait qu’aucun mobilier funéraire n’a été retrouvé à côté des momies, lesquelles étaient simplement disposées ici et là, laissant penser que les Chinchorros n’avaient pas de croyances liées à la vie après la mort. Si cet art post-mortem suppose que cette collectivité possédait une vaste connaissance de l’anatomie humaine et étaient animée par une complexe spiritualité, les motifs qui justifient le processus de momification des Chinchorros demeurent encore une énigme, tout comme leur disparition progressive qui, malgré certaines hypothèses (transformations de l’écosystème, invasions), reste à élucider.

Culte profond des morts et des ancêtres

L’exposition des momies est l’un des maillons de la reconnaissance patrimoniale visant à honorer et à faire la lumière sur cette fascinante civilisation qui a laissé ses traces dans une région hors du commun, région que vous aurez l’occasion de sillonner dans le cadre de l’itinéraire Terre des Andes. Durant cette incursion, vous arpenterez d’autres nécropoles pré-incaïques et sites aux milles vestiges, que ce soit dans le désert d’Atacama au Chili -notamment au Musée archéologique Le Paige-, ou aux alentours du lumineux Salar d’Uyuni en Bolivie. À San Juan de Rosario, le columbarium à ciel ouvert est piqueté de chullpas, dernières demeures précolombiennes des seigneurs du Lipez qui y régnèrent au XIIème siècle. Coquesa, hameau blotti au pied du volcan Tunupa, est réputé pour sa grotte qui réserve une surprise de taille : une atypique catacombe où des momies datant de l’époque Inca reposent, toujours entourées d’offrandes apportées par les villageois.
Également, vous ferez connaissance avec une autre société mystérieuse, celle de Rapa Nui résidant sur la solitaire et mythique île de Pâques annexée au Chili. Ce nombril du monde, perdu au cœur du Pacifique dans l’archipel polynésien, est parsemé de monumentales sculptures de pierre baptisées Moai. Ciselés en l’honneur des chefs tribaux, les Moais étaient placés sur un ahu, autel cérémonial qui accueillait les corps de ces dirigeants enveloppés d’étoffes végétales et exposés à l’air libre jusqu’à leur décomposition totale. Les os étaient alors lavés et déposés dans le même ahu, afin que l’esprit rencontre ses ancêtres. Incarnant l’âme de ces dirigeants, les Moai exerçaient alors leur pouvoir, imprégnés d’une énergie spirituelle vouée à protéger et à influencer le cours des événements de la communauté.

Pour en apprendre davantage sur cette fascinante civilisation chinchorro, n’hésitez pas à visionner ce documentaire (en anglais).

Périple andin à l’héritage immortel, aux souvenirs éternels

Nous vous invitons aussi à partir sur les traces des Chinchorros et de nombreuses autres cultures extraordinaires dans les terres des Andes. La traversée de ce légendaire altiplano, paradis minéral aux allures lunaires voire surréalistes, vous donnera l’impression de flirter avec le firmament, le regard plongé dans sa limpide voute céleste classée parmi les plus pures au monde. C’est la tête dans les étoiles et les pieds bien ancrés dans cette région à la forte poésie géologique et au riche capital historique, que vous serez séduit et transporté dans le temps comme dans l’espace. Une époustouflante odyssée qui vaut la peine d’être conjuguée à la première personne, afin que vous puissiez vivre cette magie, ressentir cette plénitude et échanger cette expérience inoubliable qui, sait-on jamais, pourrait étonner l’autre et devenir source d’inspiration et compilation d’intarissables réminiscences partagées.

 

#Chili #UNESCO #Momies Chinchorro #VoyagesLambert #Émotionculturelle #Voyagesengroupe #Agencedevoyage

Faites d’autres découvertes

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2021 / Site web par Elefen / Mise à jour 2021-10-22