Éthiopie

Au temps du Timkat
Du 10 janvier au 2 février 2021
  • Les cérémonies du Timkat à Gondar
  • Les églises rupestres du Tigré et de Lalibela
  • Les îles monastères du lac Tana
  • Les ethnies isolées de la vallée de l’Omo
  • Les lacs de la vallée du Rift

L'émotion sans modération !


Dans la Corne de l’Afrique se trouve l’Éthiopie, un pays aux cultures et aux paysages extraordinairement variés.

Il y a l’Éthiopie de la nature, violente et magistrale, dans ses grandes blessures infligées par la tectonique des plaques, dans ses fractures ourlées de puissants volcans, dans ses vastes savanes battues par les vents, dans son chapelet de lacs rouges ou bleus au bord desquels s’ébattent une myriade d’oiseaux multicolores.

Il y a l’Éthiopie de l’Humain, berceau de notre espèce où ont été retrouvés les squelettes de Selam et de Lucy. Une   (...) Lire le texte d'introduction complet

Dans la Corne de l’Afrique se trouve l’Éthiopie, un pays aux cultures et aux paysages extraordinairement variés.

Il y a l’Éthiopie de la nature, violente et magistrale, dans ses grandes blessures infligées par la tectonique des plaques, dans ses fractures ourlées de puissants volcans, dans ses vastes savanes battues par les vents, dans son chapelet de lacs rouges ou bleus au bord desquels s’ébattent une myriade d’oiseaux multicolores.

Il y a l’Éthiopie de l’Humain, berceau de notre espèce où ont été retrouvés les squelettes de Selam et de Lucy. Une Éthiopie qui a vu fleurir les grands empires : Aksoum et ses stèles phalliques géantes; le Gondar et ses splendides palais fortifiés; l’Abyssinie des Négus, seul pays d’Afrique résistant évitant la colonisation.

Il y a l’Éthiopie religieuse, avec ses grands centres de pèlerinage juifs et chrétiens, les églises monolithiques de Lalibela surgies du tuf volcanique, les mystérieuses communautés monastiques du lac de Tana, les défilés colorés du Timkat.

Il y a enfin l’Éthiopie de l’Anthropologie, peuplée par différents groupes ethniques aux structures tribales complexes, vivant dans un recoin isolé du pays selon leurs propres traditions ancestrales !

Laissez-vous envahir par les émotions culturelles en découvrant toutes ces Éthiopies grâce aux professionnels de Voyages Lambert.

 
Réduire le texte d'introduction
Votre accompagnateur pour ce circuit : Vincent Fortier - [Lire la biographie]
Vincent est un passionné de voyages depuis son enfance ! Tintin au Tibet, Astérix et Cléopâtre, Les Cités d’Or : il se voyait vivre les mêmes aventures… De tout temps, il a voyagé ! D’abord en rêves et enfin de façon bien réelle, découvrant mille et un trésors au détour d’une rue moins fréquentée, ressentant un bien-être inouï devant un paysage magnifique ; dégustant avec bonheur un mets mémorable ; se recueillant dans une cathédrale ou une chapelle ; admirant, ému, une toile d’un grand maître dans les plus grands musées du monde. De façon plus concrète, il a eu le plaisir de voyager dans des destinations variées, allant du Canada au Mexique, de l’Espagne à la Russie, de l’Afrique du Sud au Japon. Il a eu le grand bonheur d’accompagner des groupes de voyageurs sur plusieurs circuits et de partager l’émerveillement de chaque participant devant la réalisation, bien souvent, d’un grand rêve ! Toujours très excité par sa prochaine destination et par les rencontres fantastiques qu’il y fera, ce sera pour lui un plaisir de vivre la prochaine aventure avec vous !
Jour 1 - dimanche 10 janvier
MONTRÉAL (ou QUÉBEC) / ADDIS-ABEBA

Départ le matin de Montréal – Trudeau et correspondance à destination d’Addis-Abeba sur les ailes d’une compagnie aérienne régulière. Boissons et repas servis en vol. Nuit à bord.

Jour 2 - lundi 11 janvier
ADDIS-ABEBA

Arrivée le matin à Addis-Abeba, qui signifie la « nouvelle fleur » en amharique. C’est une ville jeune, à peine centenaire, grouillante de vie, qui abrite aujourd’hui près de 5 millions d’habitants sur les 108 millions que compte le pays. Accueil par le guide national et transfert à l’hôtel pour un peu de repos. Après le dîner à l’hôtel, tour d’orientation passant par les principaux lieux d’intérêt de la capitale éthiopienne : la place Meskal (de la Croix), le Palais du Jubilé, la place Arat Kilo (Jour de la Libération), celle du 12 Yekatis (Sidist Kilo), etc. Visite du Palais de Menélik II établi sur les collines d’Entoto, à quelque 3 000 m d’altitude, afin de profiter d’un panorama superbe de la ville en contrebas. Retour à l’hôtel. Souper et nuit à Addis-Abeba.

Jour 3 - mardi 12 janvier
ADDIS-ABEBA / MÉKÉLÉ / WUKRO

En matinée, visite du Musée national qui abrite une importante collection d'antiquités axoumites et médiévales ainsi qu’un éventail représentatif de l'art et l'artisanat éthiopien, sans oublier le squelette de la célèbre Lucy, vieux de 3,3 millions d'années, découvert en 1974. Après le dîner dans un restaurant local, transfert à l'aéroport et vol pour Mékélé, capitale régionale du Tigré, située à l’extrême nord du pays près de l’Érythrée. Transfert immédiat à Wukro et installation au lodge. Souper et nuit à Wukro.

Jour 4 - mercredi 13 janvier
WUKRO / DALLOL / HAUSIEN

Journée d’excursion à Dallol, un site volcanique à la géologie unique au monde, situé dans la vallée du Rift près de la frontière avec l’Érythrée. Ce cratère est composé d'étendues de sel, de montagnes de soufre et de sources chaudes acides. Sa surface constitue le point le plus bas (-136,8 m) du pays et le plus chaud du globe, avec une température moyenne de 34,4 oC toute l’année. C’est dans cette région hostile que sont extraites les plaques de sel qui seront acheminées par d’immenses caravanes de dromadaires vers les marchés des hautes terres. Dîner en cours d’excursion. En milieu d’après-midi, route vers la région du Guéralta qui offre des paysages spectaculaires évoquant les paysages du sud-ouest américain. Installation au lodge près de la petite ville de Hausien. Souper et nuit au lodge.

Jour 5 - jeudi 14 janvier
HAUSIEN & RÉGION DU GUÉRALTA

Journée d’excursion dans le massif montagneux du Guéralta qui concentre certaines des plus belles églises rupestres du Tigré, héritières de l’antique architecture axoumite. Visite, entre autres, de l’église semi-monolithe d’Abréha et Atshéba qui doit son nom à l’empereur Abréha qui, aidé par son frère Atshéba, gouverna l’empire axoumite au 4e siècle. L’église, encastrée dans la falaise, est l’une des plus vastes du Guéralta, mesurant 21 m de large, 16 m de profondeur et 6 m de haut. Elle présente 13 piliers cruciformes, un magnifique plafond sculpté d’une frise au motif de croix, ainsi que de belles fresques d’exécution plus récentes. Dîner au lodge. Visite d’une autre église en fonction des intérêts et de la condition physique de chacun. Retour au lodge pour un peu de temps libre. Souper et nuit à Hausien.

Jour 6 - vendredi 15 janvier
HAUSIEN / ADOUA / AXOUM

Route en direction d’Axoum. Quelques arrêts photos ponctuent cette belle route en direction d’Adigrat, deuxième ville du Tigré. Arrêt au village de Yéha, joliment installée dans un décor majestueux du massif du Simien. Découverte des imposantes ruines du temple de la Lune, bâti de gros blocs de grès simplement accolés. Daté du 5e siècle avant J.-C., ce serait le plus ancien bâtiment découvert à ce jour en Éthiopie. Tout à côté, visite extérieure de l'église dédiée à Abba-Afsé, l’un des neufs saints syriens fondateurs de l’église éthiopienne. Sa façade est ornée d'ibex stylisés, l'animal sacré du royaume de Saba. Sur place, visite du petit musée qui renferme d’importants trésors religieux dont d’imposants manuscrits. Reprise de la route à travers les plateaux du Tigré en direction d’Axoum, passant par Adoua, sise dans une profonde cuvette où, le 1er mars 1896, l'armée éthiopienne de Ménélik II battit les Italiens aux ambitions conquérantes vis-à-vis de l'Érythrée et de l'Éthiopie. Arrivée à Axoum en fin d’après-midi. Installation à l’hôtel. Souper et nuit à Axoum.

Jour 7 - samedi 16 janvier
AXOUM

Journée de découverte d’Axoum, fief du tout premier et très puissant royaume éthiopien qui rayonna du Soudan au Yémen. C’est aujourd’hui la ville sainte d’Éthiopie, la capitale de la reine de Saba, selon la tradition orale, dont l’ensemble est classé au patrimoine mondial de l’humanité. Après le dîner au restaurant, visite du Champ des stèles qui accueille un nombre impressionnant d’obélisques et de grandes stèles alignés sur trois rangées, dont la stèle qui avait été transportée à Rome comme butin de guerre par les troupes de Mussolini. Pesant 150 tonnes, haute de 24 m et vieille de 1700 ans, elle a été restituée par le gouvernement italien en 2005 et est depuis le symbole de l’identité du peuple éthiopien. Sur place, visite des salles funéraires constituées de très beaux murs en pierre de taille, ainsi que du musée archéologique qui abrite un riche mobilier provenant des tombes royales d’Axoum. Découverte ensuite de la nécropole des rois Khaleb et Gabra Masqal, son fils, qui régnèrent sur l’empire axoumite au 6e siècle, ainsi que de la pierre d’Ezana dont les inscriptions en grec ancien, en guèze (ancienne langue d’Éthiopie) et en sabéen racontent comment le christianisme a pu s’implanter dans la région d’Axoum sous le règne d’Ezana. Puis, visite du site des églises dédiées à Sainte-Marie-de-Sion : la grande cathédrale moderne érigée par Hailé Sélassié dans les années 1960 et l'ancienne église (accès interdit aux femmes) construite au début du 17e siècle par le roi Fasilidès à l’emplacement même où s’élevait ce qui fut sans doute la première église d’Afrique, érigée au début du 4e siècle sous le règne d’Ezana. Près de là, dans une chapelle où personne n’a le droit d’entrer, serait conservée la mythique Arche d'alliance, rapportée de Jérusalem par Ménélik 1er, le fils de la reine de Saba et du roi Salomon. Un moine, élu gardien à vie, vit à l’intérieur de la chapelle, sans jamais en sortir. Au sous-sol de l’église, visite du petit musée qui contient un important trésor constitué de couronnes royales, de croix et de divers instruments de musique. Retour à l’hôtel en fin d’après-midi. Souper et nuit à Axoum.

Jour 8 - dimanche 17 janvier
AXOUM / MONTS SIMIEN

Long trajet en direction du massif du Simien, parcourant une route à couper le souffle, sans doute la plus spectaculaire d’Éthiopie. Avec ses profonds canyons et ses reliefs acérés, le Simien comptent parmi les plus belles chaînes de montagnes du continent africain. Connu sous le nom de « Toit de l’Éthiopie », le massif du Simien est le plus sauvage et majestueux de tous les paysages éthiopiens. Plusieurs sommets dépassent les 4 000 m, dont le Ras Dashen, point culminant du pays à 4 543 m. Dîner pique-nique en cours de route. Découverte du parc national des Monts Simien, le premier des neuf sites éthiopiens à être inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Il sert de refuges à d’importantes populations d’animaux sauvages endémiques, dont les singes géladas et les bouquetins d’Abyssinie. Installation au lodge en fin d’après-midi. Souper et nuit aux monts Simien.

Jour 9 - lundi 18 janvier
MONTS SIMIEN / GONDAR

Ce matin, route vers Gondar. L’empereur Fasilidès y établit sa capitale au 16e siècle et la ville conserva ce statut jusqu’au milieu du 19e siècle. C’est aussi le fief des Falashas, peuplade noire juive qui émigra en grande partie en Israël dans les années 1980-90. Dîner dans un restaurant local et début des cérémonies du Timkat. Pour l’occasion, toutes les églises orthodoxes du pays sortent leur tabot, une représentation de l’Arche d'alliance, enfermé le reste de l’année dans une pièce spéciale, au centre des églises. Parés de leurs beaux habits aux couleurs chatoyantes, ornés de superbes croix éthiopiennes, couverts de parapluies de velours brodés d’or, les prêtres de chaque église, accompagnés des fidèles regroupés par familles, affinités ou quartiers, convergent vers les Bains de Fasilidès, dont les eaux symbolisent celles du Jourdain, où tous les tabots seront exposés. On suivra le cortège de la procession : prières, bénédictions, manifestations de foi, accompagnées de chants et de danses, c’est la liesse totale, mais aussi un moment privilégié pour la jeunesse de rencontrer l'âme sœur. Installation à l’hôtel en fin d’après-midi. Souper et nuit à Gondar.

Jour 10 - mardi 19 janvier
GONDAR & FÊTE DU TIMKAT

Retour aux Bains de Fasilidès dès l’aube afin d’assister à la cérémonie de sanctification des eaux et d’aspersion d’eau bénite. Après de longues prières et des chants, le grand prêtre baigne une croix d'or et éteint une bougie sacrée dans l’eau, puis asperge les fidèles en souvenir du baptême du Christ par Saint-Jean-Baptiste. Tout le monde se jette à l’eau pour se purifier, dans une euphorie générale amplifiée par une nuit sans repos, alors que commence la procession de retour des tabots vers leurs églises d’origine, précieusement recouverts d’étoffes. Après le déjeuner tardif à l’hôtel, visite de la cité impériale de Fasil Ghebi qui fut, aux 16e et 17e siècles, la résidence de l’empereur Fasilidès et de ses six successeurs. Elle abrite des palais, des églises, des monastères et des édifices publics et privés exceptionnels, qui sont aujourd’hui encore magnifiquement préservés. L’ensemble du site est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Visite notamment du palais de Fasilidès, première construction, massive et puissante, qui domine toute la cité ; du palais d’Iyasu 1er de forme élancée ; des châteaux de Bakka et de Menouab ; de la bibliothèque de Yohannes Ier ; du palais de musique de David III ; de la cage aux lions. Après le dîner, visite de l'église Debré Birhan Sélassié, dédiée à la Sainte-Trinité, sise sur les ruines d'une ancienne église circulaire. Dans un foisonnement de couleurs, découverte des magnifiques peintures et tableaux retraçant la vie de Jésus, avant de lever les yeux sur le plafond de bois orné de 80 chérubins ailés aux diverses expressions. Véritable chef-d’œuvre de l’iconographie éthiopienne, l’église est classée au patrimoine mondial par l’Unesco. Retour à l'hôtel. Souper et nuit à Gondar.

Jour 11 - mercredi 20 janvier
GONDAR / BAHAR DAR & LAC TANA

Le matin, route vers le sud pour rejoindre la ville de Bahar Dar, située en bordure du lac Tana, le plus grand lac d’Éthiopie, d’une superficie supérieure à 3 500 km2. La région fut popularisée par James Bruce qui a figuré la localisation précise, en 1770, de la source du petit Abbay, plus connu sous le nom de Nil bleu. Après le dîner en ville, excursion en bateau sur le lac Tana à la découverte de ses îles à la végétation luxuriante composée de caféiers, de sycomores et de genévriers géants, tout en observant le ballet des pélicans et les nombreuses autres espèces d’oiseaux, notamment aigle pêcheur, héron, grue et cormoran. On croise des embarcations en papyrus qui servent de transport aux hommes et aux animaux d’une île à l’autre. Découverte aussi, en cours de croisière, de deux églises parmi les sept inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. Elles illustrent la tradition architecturale autochtone par leurs formes arrondies, leurs matériaux et leurs techniques de construction. Visite de l’église insulaire d’Azewa Maryam, du 17e siècle, qui abrite de fort belles peintures bibliques et une collection de vieux parchemins, ainsi que de la magnifique église d’Ura Kidane Mehret, du 14e siècle, dont le sanctuaire intérieur présente une iconographie quasi-complète de tous les saints d'Éthiopie. Le petit musée adjacent offre une importante collection de croix et de crosses. La région du Lac Tana a été importante au cours des 14e, 15e et 16e siècles, en raison du rôle qu'elle a joué dans le maintien de la foi chrétienne contre les pressions qui s'exerçaient à cette époque, et de la montée en puissance de la dynastie salomonique (après celle des Zagoué), ce qui contribua à la construction d’églises et de monastères sur les nombreuses îles du lac. Installation à l’hôtel en fin d’après-midi pour assister au coucher de soleil sur le lac. Souper à l’hôtel et nuit à Bahar Dar.

Jour 12 - jeudi 21 janvier
BAHAR DAR / LALIBELA

Transfert à l'aéroport de Bahar Dar et envol pour Lalibela, capitale politique et religieuse sous le règne du roi Lalibela de la dynastie chrétienne des Zagoué (12e et 13e siècles). Installation à l'hôtel. Après le dîner, début de la visite de la ville sainte des chrétiens d'Éthiopie, la « Jérusalem noire », célèbre pour ses onze églises monolithiques creusées et taillées dans le roc, séparées en deux aires par un canal représentant le Jourdain, et dont la topographie d'ensemble symbolise la Terre sainte. L’ensemble du site est inscrit par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Exploration des six églises du groupe Nord en suivant le chemin descendant : 1) l’église du Saint-Sauveur, la plus grande avec cinq nefs, soutenue par 72 piliers carrés, entourée de nombreuses cavités appréciées des ermites, et qui héberge la croix en or de Lalibela pesant 7 kg ; 2) l’église de la Croix à deux nefs divisés par quatre piliers ; 3) l’église de Marie qui possède de fabuleuses peintures et sculptures ; 4) l’église dédiée aux Vierges martyres ; 5 et 6) les églises jumelles du Sinaï et du Golgotha. Le site comprend également d’autres édifices moins importants, tels le Bethléem et le tombeau d'Adam, ainsi que des constructions à caractère défensif (tours, fossés, etc.). Retour à l'hôtel, souper et nuit.

Jour 13 - vendredi 22 janvier
LALIBELA / YIMREHANE KRISTOS / LALIBELA

Excursion dans les montagnes pour rejoindre l’église de Yimrehane Kristos. Construite dans une grotte et protégée par un mur de briques contemporain, l’église a une structure en panneaux en bois d'olivier et en stuc blanc ; elle renferme de superbes sculptures et une décoration d'exception. Autour de l’église, on voit les os des nombreux pèlerins ayant choisi d'y être inhumés. Retour à Lalibela. Dîner traditionnel éthiopien en ville. Découverte des quatre églises du groupe Sud : 1) l’église Gabriel et Raphaël dont l'absence de tout symbole religieux laisse à penser qu'elle avait une fonction autre que religieuse ; 2) l’église d’Emmanuel, la seule authentiquement monolithique de ce groupe, taillée sur trois étages, dont la décoration semble laisser croire qu'elle était utilisée par la famille royale ; 3) l’église de Mercurios, plus vaste, qui, de par son orientation et l'irrégularité des pièces, n'était pas à l'origine un lieu de culte ; 4) l’église d’Abba Libanos qui, d’après les traditions, aurait été construite en une seule nuit par la reine Masqal Kebra, l’épouse du roi Lalibela, avec l’aide des anges. Pour clore l'après-midi, découverte de la fameuse église de Saint-Georges, la plus belle et solennelle de toutes, dont le toit présente trois croix concentriques à bras égaux. Elle fut excavée dans douze mètres de roc, et taillée en forme de croix grecque, ce qui lui donne douze façades de dimensions inégales. Retour à l'hôtel en fin d’après-midi. Souper à l’hôtel et nuit à Lalibela.

Jour 14 - samedi 23 janvier
LALIBELA / ADDIS-ABEBA / ARBA MINCH & LAC CHAMO

Transfert à l'aéroport de Lalibela et vol pour Arba Minch, via Addis-Abeba. Après le dîner au restaurant, départ à bord des véhicules 4x4 (tout le reste du circuit) pour l’embarcadère du lac Chamo pour entreprendre une agréable croisière sur le lac où abondent crocodiles, hippopotames, pélicans, ibis, aigles et bien d’autres espèces d’oiseaux. Installation à l'hôtel qui surplombe toute la plaine des lacs Abaya et Chamo, à la frontière du parc national de Nechisar. Souper à l’hôtel et nuit.

Jour 15 - dimanche 24 janvier
ARBA MINCH / DORZÉ / KARAT-KONSO

En matinée, excursion au petit village de Dorzé, perché à 2 800 m d’altitude dans les montagnes de Guges, où vit l’ethnie des Dorzé, de la famille omotique. Découverte de leurs fameuses huttes traditionnelles, de forme conique, aux vagues allures de ruche ou de tête d'éléphant. Elles sont faites d'ensète, appelé aussi faux bananier. Cette plante est qualifiée de miraculeuse compte tenu de ses fonctions multiples : les feuilles, en plus de recouvrir les huttes, sont utilisées comme combustible et servent de fourrage pour le bétail ; les fibres sont utilisées pour la confection de nattes, sacs et cordages ; les graines servent à faire des colliers ; le tronc et les tiges se mangent de plusieurs façons (bouillie, pain, galette). Elle a aussi des vertus médicinales largement exploitées par les guérisseurs traditionnels. Les Dorzé comptent également parmi les meilleurs tisserands de coton du pays. Ils font de très belles écharpes dont le fameux shama traditionnel. Retour à Arba Minch. Après le dîner en ville, départ pour Karat-Konso. L’Unesco a inscrit le paysage Konso au patrimoine mondial de l’humanité parce qu’il constitue, par ses terrasses en pierre et ses fortifications, « un exemple spectaculaire d’une tradition culturelle vivante », vieille de plus de 400 ans, et parce qu’on y trouve des statues de bois anthropomorphiques qui constituent « un témoignage exceptionnel et vivant de traditions funéraires sur le point de disparaître ». Visite guidée d’un village traditionnel Konso, bien protégé derrière de grands remparts de terre séchée. Les cases sont très proches les unes des autres, elles sont construites de pisé, de branchages et recouvertes d'un double toit de chaume, le dernier étant surmonté d'une poterie en terre cuite. Des huttes plus petites servent de greniers à grains. Au centre du village se trouve une grande case communautaire et la place des fêtes. Installation au lodge. Souper et nuit à Karat-Konso.

Jour 16 - lundi 25 janvier
KARAT-KONSO / KORCHO / TURMI

En matinée, visite du musée de la culture Konso qui a notamment pour vocation de protéger et de préserver les waga, célèbres totems funéraires de bois des ancêtres Konso. Puis, départ pour la basse vallée de l'Omo, aux confins sud-ouest de l'Éthiopie, où se sont installées de nombreuses tribus. Chacune possède son habitat distinctif et ses modifications corporelles dans un but esthétique, social ou religieux. Visite du village de Korcho où vivent les Karo, seule tribu sédentaire vivant à proximité du fleuve Omo. Ils sont devenus d'excellents agriculteurs et sont connus pour leurs superbes peintures corporelles. Les hommes présentent un corps presque entièrement décoré de motifs jaunes, blancs et ocres réalisés grâce à des mixtures végétales. De formes géométriques ou imitant un plumage d'oiseau, ces motifs ont toujours une symbolique reliée à la spiritualité. Les femmes se parent d'une brindille, d'une fleur ou d'une plume insérée dans un trou percé sous la lèvre inférieure. Comme les Mursi, les Karo sont armés afin de faire face aux éventuels conflits ethniques. Dîner en cours de route et continuation vers Turmi, au cœur du territoire des Hamer, peuple semi-nomade tourné vers l'élevage de bovins. Installation au lodge. Souper et nuit à Turmi.

Jour 17 - mardi 26 janvier
TURMI / DIMEKA / TURMI

En matinée, excursion au village de Dimeka où se tient le mardi un marché essentiellement fréquenté par les Hamer. On regarde les épices, légumes, chèvres, colliers, bracelets et autres denrées qui se marchandent. C’est surtout une formidable occasion pour admirer les femmes Hamer venues des villages environnants, magnifiquement parées. Elles sont réputées pour leur coquetterie : peau couverte de graisse animale et d'ocre, cheveux huilés soigneusement tressés, peau de vache à la taille, chapelets de coquillages et de verroterie, bracelets en étain, plaque de métal sur le front pour les jeunes filles et cercle de métal orné d'un élément phallique pour les femmes mariées. Les hommes, eux, s'ils ont tué un ennemi ou une bête féroce, portent une coiffe d'argile ornée de plumes. Ils portent aussi avec élégance, à la main, un appui-tête et une canne. L'appui-tête a deux fonctions. Il sert à supporter la nuque en position couchée afin d'éviter d'abimer leur coiffure très sophistiquée ; il peut servir aussi de tabouret. Une petite place est aménagée pour l’artisanat. Dîner puis visite d’un village Hamer. Ils vivent dans des huttes précaires de boue, de bois et de chaume, qui convient à leur vie semi-nomade. Ils exhibent fièrement leurs parures et leurs scarifications, chaque détail signalant une appartenance à un clan, un groupe, une famille. Retour au lodge en fin d’après-midi. Souper et nuit à Turmi.

Jour 18 - mercredi 27 janvier
TURMI / OMORANTE / TURMI

Excursion au village d’Omorate, situé sur la rive opposée de l’Omo, proche de la frontière kényane. Traversée du fleuve en barque traditionnelle, puis courte randonnée pour rejoindre un village de la tribu Dassanetch, grands éleveurs aux traditions immuables mais aussi redoutables guerriers. Leurs huttes sont un enchevêtrement de branchages et de matériaux de récupération dont des plaques de tôle, des pièces de tissus et des feuilles de carton. Retour à Turmi pour le dîner. Reste du programme à déterminer sur place, selon l’occasion d’assister (avec beaucoup de chance) à la spectaculaire cérémonie de l’oukouli ou « saut de taureaux », un rite de passage d’un adolescent Hamer à l’âge adulte. Pour l’occasion, des femmes Hamer se disputent « l'honneur » d'être flagellées. Certaines arborent fièrement, dans leur dos, des scarifications récentes… Souper et nuit à Turmi.

Jour 19 - jeudi 28 janvier
TURMI / KEY AFER / ALGA / JINKA

Départ pour Jinka à travers des paysages de collines recouvertes d'une forêt dense en bordure du fleuve Omo. Arrêt au village de Key Afer pour y visiter son marché hebdomadaire qui se tient tous les jeudis, l’un des plus hauts en couleurs de la région. C’est un pur enchantement pour partir à la découverte des différentes ethnies qui s’y côtoient : Ari, Hamer, Tsemaï et Banna. Les Tsemaï et les Hamer, deux ethnies sœurs, sont plus ou moins vêtus de la même façon. Les femmes portent des jupes de cuir aux multiples décorations. On distingue juste les femmes mariées Tsemaï au bâton cousu sur leurs jupes de cuir qui pend jusqu'au sol, laissant un sillon dans la poussière. L'apparence des Banna rappelle aussi celle des Hamer, mais dont les femmes portent parfois sur la tête une calebasse ou autre élément végétal pour se protéger du soleil. Quant aux hommes, ils portent souvent des colliers de perles colorées autour du cou et une coiffe d’argile agrémentée de plumes. Arrivée dans la petite ville de Jinka en fin d’avant-midi. Après le dîner en ville, excursion à Alga pour découvrir les Ari qui, avec ses 120 000 membres, représentent l’ethnie la plus importante de la vallée de l’Omo. Ils pratiquent l’agriculture et sont de grands récolteurs de miel. Les femmes sont traditionnellement vêtues de jupes confectionnées à partir d’ensète, mais qui, de nos jours, ne sont plus portées que pour les grandes occasions. Les maisons aux toits de chaume des Ari sont décorées de belles peintures murales, l’activité des femmes. Installation au lodge. Souper et nuit à Jinka.

Jour 20 - vendredi 29 janvier
JINKA / PARC DU MAGO / JINKA / ARBA MINCH

Expédition dans le parc national du Mago, une alternance de steppes, vallons et crêtes saillantes où zigzaguent le fleuve Mago et ses affluents. C'est le territoire des Mursi, une tribu reculée, ennemie jurée des Hamer, qui vit en parfaite harmonie avec son environnement, malgré qu'elle redoute par dessus tout les crues du fleuve. L’ornementation corporelle des Mursi est la plus spectaculaire, extraordinaire, voire incompréhensible pour des yeux occidentaux. Hormis les nombreuses scarifications corporelles, ce sont les femmes qui étonnent. Crâne rasé, elles parent leur lèvre inférieure d'un plateau d'argile décoré de gravures ou de peintures, ce qui leur a valu le surnom de « négresses à plateau ». Avant l'âge de 10 ans, après l'extraction des incisives inférieures, la lèvre est perforée pour y placer une cheville de bois. D'année en année, on y place des plateaux de plus en plus grands (jusqu'à 20 cm de diamètre). Plus tard, la taille du plateau déterminera le montant de la dot ! Signes d'élégance et de prestige, fierté de la tribu, ces labrets, rarement utilisés au quotidien, surgissent en même temps que les appareils photo. Retour à Jinka pour dîner. Après-midi de transfert vers Arba Minch. Installation à l'hôtel. Souper et nuit à Arba Minch.

Jour 21 - samedi 30 janvier
ARBA MINCH / ABALA / LANGANO

Reprise de la route en direction nord à travers le pays des Oromo, le plus grand groupe ethnique éthiopien. Traversée de la ville de Sodo, capitale de la région de Wolaita, avant de rejoindre la vallée du grand rift africain, longue de 2 800 km dans sa partie éthiopienne. Elle comprend 67 volcans répartis sur la faille séparant les plaques tectoniques somalienne et africaine. Dîner au restaurant et visite du marché d’Abala en cours de route. Poursuite de la route à travers une végétation d'altitude devenue verdoyante et fleurie, jusqu’à Langano, grand centre de villégiature de la capitale. Installation au lodge et reste de l’après-midi libre pour profiter de ce lieu paisible. Souper d’adieu et nuit à Langano.

Jour 22 - dimanche 31 janvier
LANGANO / ADDIS-ABEBA

En matinée, route pour Addis-Abeba, traversant la région de Debre Zeyit, truffée de lacs, et dont la principale culture est celle du tef. Arrivée à l’hôtel pour le dîner. Visite ensuite du Musée ethnographique, situé dans l’ancien palais de Hailé Sélassié, sur le campus de l’université d’Addis-Abeba. Il expose l'art populaire éthiopien par régions et par peuples ainsi qu'une belle collection de croix, de triptyques et de murales. Installation en chambre de jour disponible jusqu’au départ. En soirée, transfert à l'aéroport international d’Addis-Abeba.

Jour 23 - lundi 1 février
ADDIS-ABEBA / MONTRÉAL

Vol de nuit et correspondance à destination de Montréal – Trudeau sur les ailes d’une compagnie aérienne régulière. Arrivée à Montréal en fin d’avant-midi, le même jour.

BON À SAVOIR

Ce voyage n'est en rien une aventure, mais s'apparente à une expédition dans le sud du pays. Toutes les activités, visites, excursions sont réalisées et encadrées par des professionnels, mais il faut prendre conscience que le tourisme en est à ses balbutiements avec les inconvénients que cela peut engendrer. Avant de s’inscrire, il faut prendre en compte quelques spécificités liées à la destination.

Une preuve de vaccination contre la fièvre jaune peut être exigée pour entrer en Éthiopie si vous arrivez d’un pays où cette maladie est endémique. Un traitement antipaludéen est vivement recommandé. Il est impératif de consulter une clinique de santé voyages avant le départ pour connaître les vaccinations et médications requises pour ce voyage. L’itinéraire du Nord se déroule à des altitudes accessibles à toutes personnes en bonne santé (certaines étapes de 3 000 à 3 200 mètres environ).

L’hôtellerie n’offre pas toujours les critères internationaux de confort. Dans la vallée de l’Omo, l’infrastructure d’accueil touristique est élémentaire, voire rustique. Toutefois, tous les établissements choisis ont des salles de bain privées avec toilette et douche et sont partout les meilleurs disponibles.

L’infrastructure routière est limitée dans le grand Sud où la majorité des trajets se font sur des pistes en terre, parfois en mauvais état, d’où la nécessité d’utiliser des véhicules tout-terrain. Poussières et cahots sont à prévoir dans cette partie du voyage. Les conditions de circulation peuvent donner lieu à des retards et des incidents et ne se font pas dans le confort des autobus conventionnels.

Le rythme du voyage est soutenu avec des départs matinaux et des trajets parfois longs. Les randonnées à pied sont nombreuses mais ne présentent pas de difficultés particulières. Elles restent adaptables aux conditions de chacun.

Le climat est chaud et sec en janvier, avec des moyennes de 20 à 27 oC le jour. Les nuits sur les hauts plateaux peuvent toutefois s’avérer assez fraîches (10 oC en moyenne), d’où la nécessité d’apporter quelques vêtements chauds. Ni les pluies tropicales ni les chaleurs excessives ne sont à craindre pour ce voyage.

La nourriture est fraîche, saine et variée contrairement à ce que l’on pourrait croire. La plupart des repas sont présentés sous forme de buffets avec une cuisine que l’on peut qualifier d’internationale. Certains repas peuvent être pris sous forme de piques-niques tout à fait convenables. Des bouteilles d’eau scellées sont à disposition tout au long du circuit.

Le programme du voyage peut être légèrement modifié en fonction des contraintes techniques ou des ouvertures de sites. Des visites peuvent être annulées ou changées par d’autres alors que de nouvelles visites peuvent être ajoutées au programme. L’ordre des visites peut aussi être modifié, voire inversé. Cela nécessite de la patience, une attitude de tolérance et un bon sens d’adaptation aux réalités locales.

Ce circuit s'adresse à des voyageurs en bonne condition physique et à des personnes conscientes que les aléas et les ajustements sur le terrain font partie intégrante de tout circuit en Éthiopie.

Pour tout dire, Voyages Lambert a apporté un soin particulier à chaque détail pour que ce voyage soit une réussite et une expérience totale : des dates qui permettent de vivre la grande fête du Timkat, des conditions de confort optimales, des véhicules fiables, des trajets aériens qui s’imposent et un guide francophone constant, bienveillant et très compétent sur les nombreuses questions que ce pays posera.

Prix en occupation doubleà venir 
Réduction, « payez par chèque »à venir
Pourboire aux guides et aux chauffeursà venir
Supplément en chambre simpleà venir
Obtenez les tarifs en primeur par courriel lorsqu’ils seront finalisés.

Nombre min/max de voyageurs : 15/17
  • NB1 : Visa et Pourboires : Voyages Lambert se charge de toutes les démarches pour l’obtention de votre visa et de la répartition des pourboires aux guides et aux chauffeurs.
Les personnes intéressées sont invitées à communiquer avec nous soit par téléphone, par courriel, par la poste ou à venir à nos bureaux. Vos coordonnées complètes ainsi que le nom de la personne avec qui vous partagerez votre chambre (possibilité de partage pour les personnes seules) sont requises pour votre inscription. Un dépôt de 1000 $ est requis + le montant de l'assurance voyage(facultatif). Informez-vous du prix des assurances à l'agence. Le solde doit être payé au plus tard le 12 octobre 2020.
Services inclus
  • Les vols internationaux Montréal / Addis-Abeba / Montréal avec correspondance sur les ailes d'une compagnie aérienne régulière, en classe économique.
  • Les vols nationaux Addis-Abeba / Mékélé, Bahar Dar / Lalibela et Lalibela / Arba Minch avec Ethiopian Airlines.
  • Les taxes d'aéroport nationales et internationales et autres taxes applicables.
  • Le visa d’entrée en Éthiopie.
  • L'hébergement en hôtels ou lodges de catégorie 2** à 4**** (normes locales).
  • La manutention d'un bagage par personne, lorsque disponible (maximum 20 kg).
  • Les repas en pension complète.
  • Les transports en minibus privés de type Coaster de 22 places dans la partie Nord.
  • Les transports en véhicules 4X4 de type Land Cruiser dans la partie Sud (3 voyageurs par véhicule afin que chacun ait sa propre fenêtre).
  • L’eau minérale en bouteille durant les déplacements à fins de boisson seulement
  • Les visites, activités et excursions indiquées à l'itinéraire, incluant les frais d’entrée.
  • Les services d'un guide national francophone pendant toute la durée du voyage.
  • Un audio-transmetteur.
  • Les pourboires au(x) guide(s) et au(x) chauffeur(s).
  • L'expertise et l’assistance d’un accompagnateur de Voyages Lambert inc.
  • Un cahier culturel numérique et un cadeau pratique pour le voyage.
  • Le fonds d’indemnisation de l’O.P.C. des clients des agences de voyages.
Services non-inclus
  • L’assurance voyage.
  • Les dépenses d’ordre personnel, dont les boissons assez peu onéreuses.
  • Les droits pour photographier et filmer sur les sites.
  • M. Gagnon
    Excellent circuit avec des visites très diversifiées. Pour la partie Nord, la visite des différentes églises est bien dosée et il n’y a pas de redondance entre ces églises. Pour la partie Sud, la rencontre des différentes ethnies se déroule très bien et nous tombons facilement sous le charme de la coquetterie de ses habitants. Le guide Markos est un guide très professionnel qui aime beaucoup son travail. Son dévouement envers le groupe est une qualité très appréciée. L’accompagnateur est une personne très à l’écoute de son groupe et a aussi un dévouement exceptionnel. Bref, un gros bravo pour l'accompagnateur et Markos qui ont fait de ce circuit un voyage exceptionnel !

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2020 / Site web par Elefen / Mise à jour 2020-09-23