Découvrir l’Allemagne à travers des livres et des films

Par Joëlle Gauthier, membre de l'équipe

La culture allemande est aussi riche et variée que son histoire est complexe. Sa renommée repose sur les grands noms du passé, tels Bach, Beethoven ou Brahms en musique, Goethe, Schiller, Hoffmann ou Brecht en littérature. Mais, dans l’ombre de ses personnages célèbres, toute une gamme d’artistes a su mettre en lumière l’histoire et la modernité du pays. Afin de mieux vous préparer au circuit exceptionnel qu’y propose Voyage Lambert ou simplement pour plonger dans la culture allemande, nous vous proposons une liste non-exhaustive de suggestions littéraires et cinématographiques.

Suggestions de lecture allemandes

Les souffrances du jeune Werther — Johann Wolfgang von Goethe — Le Livre de Poche, 1999 (paru en 1774)

Ce roman, écrit par Goethe à l’âge de 25 ans, met en scène le passage de l’adolescence à l’âge adulte d’un jeune bourgeois romantique épris de poésie, de promenades solitaires et de tartines beurrées. Il rencontre ainsi Charlotte, qui est à son grand malheur fiancée à un dénommé Albert. Sur fond de cet amour impossible, l’auteur fait le récit d’une jeunesse en quête d’absolu et promise à la souffrance des désillusions. Ce roman phare du courant romantique allemand connut un succès colossal dès sa parution en 1774 et déclencha une vague de suicides sans précédent chez les jeunes Européens.

Du même auteur : Faust (1790)

Contes fantastiques (tomes 1 à 3) — E. T. A. Hoffman – Flammarion, 2002 (paru en 1830)

Au cours de son existence difficile et chaotique, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, le Maître du fantastique, écrivit de nombreux contes d’une puissante originalité. Il y distille, toujours avec un zeste d’humour, l’horreur et l’épouvante, les forces occultes et les malaises de l’imagination, dans un univers d’apparence banale… Lors de notre circuit culturel en Allemagne, nous ne manquons jamais de célébrer cet auteur incontournable en faisant un arrêt à sa résidence de Bamberg où il rédigea ces célèbres contes.

Le loup des steppes — Hermann Hesse — Le Livre de Poche, 2005. Prix Nobel de la littérature

Salué dès sa parution en 1927, Le Loup des steppes est une véritable expérience spirituelle, un récit initiatique, un délire de psychopathe… Il s’agit de l’une des œuvres phares de la littérature universelle du XXe siècle ; interdit sous le régime nazi, ce roman devint culte dans les années 1960 et 1970. Harry Haller porte un regard mi-satisfait, mi-moqueur sur le monde, considérant les êtres qui l’entourent avec l’ironie d’un étranger, appartenant à un autre monde ; celui de l’intellectualité pure. Reniant ce qui définit le bonheur humain, il se sent inapte à vivre avec ses semblables, tel un loup solitaire, un loup des steppes. Il rencontrera son homologue féminin qui l’initiera à la vie, dans une quête troublante de l’équilibre et de la plénitude entre le corps et l’esprit.

Mère courage et ses enfants — Bertolt Brecht — Éditions de l’Arche, 1997 (paru en 1941)

Théâtre — Mère Courage reconnaît l’essence mercantile de la guerre. Roland Barthes disait même que « pour elle, le négoce est extensif à la guerre, la guerre est contingente au négoce ». Mais maternité, guerre et négoce ne font pas bon ménage… Brecht écrit cette pièce alors qu’il est en exil, en 1940, mettant en scène, à travers son héroïne, l’incapacité du peuple allemand à tirer des leçons de ses propres malheurs et de surmonter ses contradictions.

 

Seul dans Berlin n. éd – Hans Fallada – Éditions Denoël, 2014 (première version parue en 1947) Édition intégrale non censurée – Mai 1940, Berlin fête la capitulation française, la ferveur nazie est à son comble. Mais derrière la façade et la propagande triomphale nazie se dissimule un monde de terreur et de misère. Le récit d’Hans Fallada est celui de la vie quotidienne des habitants du 55 de la rue Jablonski, à Berlin. Entre persécutés et persécuteurs, les Quangel, désespérés d’avoir perdu leur fils unique au front, sèment des tracts contre Hitler dans la ville, déjouant la Gestapo. Aucun roman n’a jamais aussi bien décrit la réalité des Allemands sous le IIIe Reich.

Adapté au cinéma par Vincent Perez en 2020, mettant en vedette Emma Thompson et Brendan Gleeson.

 

Suggestions de films sur l’Allemagne

Ludwig ou le crépuscule des dieux — Luchino Visconti, avec Helmut Berger et Romy Schneider, 1973.

Campé en 1864, il s’agit d’une évocation du règne de Louis II de Bavière. Passionné d’art et de musique, il devient le protecteur et mécène de Richard Wagner. Souverain atypique, il refuse de se marier et délaisse le pouvoir, se consacrant à ses rêves. Le film témoigne aussi de la complicité presque amoureuse qui le lie avec sa cousine Sissi.

 

Au revoir Lénine! — Wolfgang Becker, 2003

La mère d’Alex, jeune Berlinois d’Allemagne de l’Est, s’identifie fièrement à la République démocratique d’Allemagne. Juste avant les évènements qui entraînèrent la chute du Mur de Berlin, elle tombe dans un coma et se réveille huit mois plus tard. Voulant lui éviter un nouveau choc qui pourrait lui être fatal, Alex reconstruit autour d’elle l’univers familier de la RDA. Le résultat est aussi informatif qu’amusant.

La vie des autres — Florian H. von Donnersmarck — avec Sebastian Koch et Martina Gebeck, 2007.

1984 — Berlin-Est. L’officier de la Stasi Gerd Wiesler est chargé de surveiller le célèbre dramaturge Georg Dreyman et sa conjointe, l’actrice Christa-Maria Sieland, membres de l’élite intellectuelle de l’État communiste, alors qu’ils sont soupçonnés d’être hostiles au régime d’Erich Honecker. Il comprend rapidement que sa mission est orchestrée par le ministre de la Culture qui contraint l’actrice à une relation intime avec lui et souhaite compromettre son rival. Admirateur du talent de comédienne de Christa, Wiesler tente donc de la tirer de ce mauvais pas sans trop se compromettre. Une plongée intimiste dans l’ambiance paranoïaque de l’ancienne RDA.

Le liseur — Stephen Daldry, avec Kate Winslet et Ralph Fiennes, 2008.

D’après le roman de Bernard Schlink — Neustadt, 1958. Un jeune étudiant de quinze ans s’éprend d’une contrôleuse de train qui a plus du double de son âge. Lors de leurs rencontres, elle lui demande de lui faire la lecture. Leur liaison dure le temps d’un été ; Hannah part sans même prévenir Michael le laissant dévasté. En 1966, devenu étudiant en droit, il assiste au procès d’anciennes gardiennes d’Auschwitz. Stupéfait, il découvre Hannah, assise sur le banc des accusés. Les autres gardiennes tentent d’alléger leur propre responsabilité en l’inculpant et en la dépeignant comme leur meneuse. Michael prend alors conscience de son intelligence limitée et de son incompréhension totale de la solution finale à laquelle elle a pris part. Il comprend aussi pour quelle raison elle aimait tant qu’il lui fasse la lecture. Au final, un film essentiel pour se plonger dans le douloureux parcours de la société allemande avec son passé.

Gutes lesen !

Bonne lecture !

#Allemagne #ÉmotionCulturelle #VoyagesLambert #Lecture #Film

Faites d’autres découvertes

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2021 / Site web par Elefen / Mise à jour 2021-08-03