Les mystères de Pétra
La mythique cité vermeille

Par Jean Louis Fabaron, accompagnateur 

Comment visiter Pétra?

Pétra, la cité des sables, la cité vermeille, la cité aux mille mystères… Nichée au cœur du désert de Jordanie, cette merveille antique creusée à même le roc fascine les voyageurs et les archéologues du monde entier. Voyages Lambert vous explique qui l’a construite, pourquoi elle a été abandonnée et comment la visiter.

 

Wadi Rum Jordanie

Où se trouve le site de Pétra?

Situé dans le désert sud-ouest jordanien, entre la mer Rouge et la mer Morte, ce site immémorial a été élu, après un grand vote électronique organisé en 2007, l’une des 7 merveilles du monde actuel. L’endroit était stratégique, facile à protéger et idéalement localisé au carrefour des routes caravanières de l’encens et des épices, atteignant ainsi le commerce avec l’Arabie du Sud, la Syrie, l’Égypte, la Méditerranée… Lors de son itinéraire exclusif « Israël & Jordanie », Voyages Lambert vous emmène à la découverte de ce site, auquel on accède par la route des Rois, encore peu fréquentée des touristes et offrant des paysages exceptionnels. En chemin, un arrêt est prévu à Kerak, l’ancienne capitale des Croisées, pour la visite de sa grande forteresse édifiée sur un promontoire rocheux au XIIe siècle.

 

Ville antique Pétra

Qui a construit Pétra?

Pétra était la capitale des Nabatéens, un peuple commerçant de l’Antiquité qui dominait un territoire que les auteurs gréco-latins mentionnaient sous le nom d’Arabie. Selon des sources bibliques, il pourrait s’agir des descendants de l’aîné des 12 fils d’Ismaël, Nabit. Selon d’autres sources, il pourrait tout simplement s’agir d’Araméens que l’on nommait « nabata » en hébreu. Cette thèse est étayée par le fait que des inscriptions araméennes aient été frappées sur les monnaies les plus anciennes retrouvées dans les environs.

Pétra était alors la plus importante des cités caravanières nabatéennes. À son apogée, au premier siècle avant notre ère, on y recensait 20 000 habitants. Son emplacement stratégique, au carrefour des routes où convergeaient la myrrhe et l’encens de l’Arabie Heureuse (actuels Yémen et Sultanat d’Oman), les soieries de Chine, le bitume de la mer Rouge et les épices de l’Inde en firent une cité si prestigieuse qu’elle ne tarda pas à créer des jalousies. L’Empire romain, qui ne tolérait aucun rival, s’empara de la cité en 106.

 

 

Ville de Pétra

Pourquoi Pétra a-t-elle été abandonnée?

Puis, des tremblements de terre et le développement du commerce maritime auraient précipité sa chute, dans des circonstances exactes qui demeurent mystérieuses. Les experts estiment que Pétra est tombée dans l’oubli dans les années 700. Elle y resta pendant plus d’un millénaire, jusqu’au début du XIXe siècle, lorsqu’un Européen déguisé en Bédouin, Jean Louis Burckhardt, put se faufiler dans la mystérieuse ville antique.

Le monde ne redécouvrit vraiment Pétra qu’à partir de 1985, lorsque l’Unesco l’inscrivit à la liste du patrimoine mondial, mais c’est le film « Indiana Jones et la dernière croisade », sorti en 1989 qui permit au grand public d’en faire la connaissance. C’est désormais, et à juste raison, l’un des sites les plus visités du Proche-Orient.

 

Gorge Siq Al Khazneh

Comment se rendre à Pétra? 

La visite de la cité de Pétra est une expérience exceptionnelle! L’aventure commence au pied du massif du Khubtna qui dissimule le site, au milieu d’un désert torride, presque implacable. Devant nous, sillonne le Sîq, une longue et étroite faille naturelle qui serpente au milieu de falaises rougeoyantes atteignant plus de 100 m de haut. Dans l’Antiquité, une arche imposante surmontait l’entrée et cette voie majestueuse était dallée de pierres. Arpenter à pied les 1200 mètres qui vous séparent des monuments est pratiquement un parcours initiatique, une sorte de préparation progressive à l’un des plus grands chocs esthétiques de la vie d’un voyageur. Chaque pas dans ce dédale serpentant vous plonge davantage dans le passé mystérieux de ce joyau architectural. De surcroît, à l’ombre rafraîchissante des parois rocheuses, on peut apercevoir les vestiges des canaux creusés dans la pierre par les anciens Nabatéens pour approvisionner en eau leur capitale. Ce système d’irrigation constitue à lui seul une véritable énigme pour les archéologues. Sur le chemin, les parois dansantes de la gorge s’élargissent et se rétrécissent, jusqu’à ne faire que 2 mètres de largeur par endroits, et, au moment où l’on s’y attend le moins, la perspective s’ouvre sur le monument le plus célèbre de Pétra, la Khazneh, le bien nommé « Trésor ».

 

Pétra, Jordanie

Les incontournables de Pétra : la Khazneh et les vestiges de la cité

La Khazneh se laisse découvrir dans toute son immensité, sous les yeux de quidams qui, comme vous aussi certainement, tentent de contenir leur émoi… Car rien de ce qui a été écrit ou photographié ne prépare réellement à la beauté de ce site étonnant.

Après plusieurs études archéologiques, on suppose qu’elle ait vu le jour aux environs du 1er siècle de notre ère et que le monument aurait servi de tombeau pour un homme ou une femme de pouvoir. L’hypothèse la plus crédible serait qu’elle soit le lieu funéraire du roi Arétas IV, roi des Nabatéens et de Pétra, mort en l’an 40. Le tombeau se présente sous la forme d’une construction haute de 43 mètres et large de 30 mètres — soit l’équivalent d’un immeuble de 10 étages —, creusée et taillée à même le grès. Il se caractérise par un style architectural s’inspirant de ceux des Grecs et des Égyptiens. La façade extérieure est composée de colonnes avec un panneau d’entrecolonnement situé de chaque côté, décorées de reliefs et de personnages de la mythologie grecque et égyptienne (les Dioscures, Isis). L’architrave et la frise sont elles aussi détaillées et décorées. Sur l’étage supérieur, on retrouve la même architecture sur les côtés latéraux, et au centre, une tholos (construction circulaire) ornée de détails, prenant la forme d’une urne.

La Khazneh n’est que le début de cette visite à l’ampleur culturelle considérable, car s’y concentrent plus de 3000 monuments, dont les plus célèbres sont : la Tombe à l’Urne, la Tombe Palais, le Tombeau Corinthien, le Monastère… Partout ce sont des tombeaux et des lieux de culte ou de récréation, des canaux, des tunnels, des citernes taillés et sculptés dans le rocher; un ensemble architectural et artistique unique.

De plus, d’après Zeidoun Al-Muheisen, archéologue à l’université jordanienne de Yarmouk et maître des excavations à Pétra depuis 1979, « seuls 15 % de la cité a été fouillée. La plus grande partie du site est restée intacte. » Cette perspective ne fait qu’accroître le mythe de la cité de Pétra et celui de l’importance de la civilisation Nabatéenne, fort peu connue.

Si Pétra et le récit de sa visite a piqué votre curiosité, voici un reportage de Sciences Grand Format, du réseau TV5, qui vous intéressera sans aucun doute. Mais ce n’est qu’en vous rendant sur place avec les experts de Voyages Lambert, en foulant de vos pas cette terre de mystère, que vous pourrez apprécier toute l’émotion culturelle qu’insuffle la majestueuse cité de Pétra.

 

#Pétra #Jordanie #VoyagesLambert #ÉmotionCulturelle #Khazneh

Faites d’autres découvertes

© Voyages Lambert - Tous droits réservés 2021 / Site web par Elefen / Mise à jour 2021-04-13